Huffpost Tunisie mg

Tunisie: L'histoire d'un jeune homme, docteur en Chimie et serveur dans un restaurant

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TRAVAIL- Son histoire a fait le tour des réseaux sociaux avant que la télévision nationale ne lui consacre un reportage dans son journal de 20h, c'est le calvaire de Khaled Hammami, 35 ans, docteur en chimie qui peine à trouver un emploi correspondant à ses diplômes et se trouve obligé ainsi de travailler comme serveur dans un restaurant.

La médiatisation de cette affaire a permis au jeune homme d'avoir un entretien avec le ministre de l'emploi, Zied Ladhari, qui lui a promis de s'atteler sur son dossier afin de lui trouver une solution, a rapporté la radio IFM.

Cette histoire n'est qu'une parmi tant d'autres semblables en Tunisie, si certaines sont médiatisées, beaucoup le sont pas.

Selon des chiffres officiels, la Tunisie compte plus de 600.000 chômeurs (soit 15.4% de la population active), dont 240.000 sont diplômés de l'enseignement supérieur. Chaque année, près de 60.000 personnes sortent des universités tunisiennes.

LIRE AUSSI: Tunisie: Les "diplômés-chômeurs", symptôme d'une économie en manque de réformes

Sur le marché de la demande d’emploi, c'est-à-dire pour les diplômés de l’enseignement supérieur, l’enquête de l'Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) révèle qu’il faut une moyenne de 30,4 mois, soit un peu moins de trois pour décrocher un premier emploi ou une première insertion sur le marché de travail tunisien.

LIRE AUSSI: Une moyenne de deux ans et demi pour une première insertion sur le marché du travail en Tunisie

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Aziz Raissi "Le tunisien et le travail"
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction