Huffpost Algeria mg

Tizi Ouzou: les indices récupérés appartiennent à Nehal, confirme le procureur général

Publication: Mis à jour:
UNBENANNT728X410
DR
Imprimer

Les indices retrouvés au village Ath Ali (commune d'Ait Toudert, 50 km de Tizi-Ouzouà) appartiennent à la petite Nihal Si Mohand, 4 ans, disparue le 21 juillet dernier, a annoncé de jeudi 04 août le procureur de la République près le tribunal des Oaucifs, Fodhil Takharoubt.

L'information, tant redoutée depuis une quinzaine de jours, est confirmée.

L'expertise au niveau de l'Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) de Bouchaoui a attesté que les indices récupérés au village Ath Ali, un crâne, des ossements et des cheveux, appartiennent ainsi à la petite Nihal, a déclaré le procureur de la République lors d'une conférence de presse.

Me. Takharoubt a toutefois refusé de donner plus de détails, notamment sur les circonstances du décès de la victime, affirmant que toutes les ressources matérielles et humaines ont été mobilisées" durant l'opération de sa recherche et que les autorités judiciaires font de leur mieux pour éclairer l’opinion publique sur cette affaire.

"C’est tout ce que nous pouvons déclarer pour le moment concernant la disparition de la défunte et les premiers résultats de l’enquête qui se poursuit sur le terrain", a-t-il renchéri.

Le procureur de la République a rassuré que ces services "informeront en temps opportun la famille de la victime, la presse et l’opinion publique sur l’évolution de l’enquête et le travail des équipes de recherche et d’investigations sur le terrain".

Le procureur de la République a rappelé que la petite Nihal avait disparu le 21 juillet dernier alors qu'elle se trouvait devant le domicile familial au village Aït Abdelouahab, dans la commune d’Aït Toudert relevant de la daïra des Ouacifs et qu’un plan national a été actionné juste après la plainte déposée par ses parents pour faire face à la situation.

Après quelques jours de travail sur le terrain, des indices ont été retrouvés par les éléments de la brigade de recherche et d’investigation de la Gendarmerie nationale qui travaillaient sur le terrain, dont des ossements et une robe tachée de sang qui ont été transférés à l’Institut national de criminalistique et de criminologie pour analyse, a-t-il tenu à rappeler.

Il a expliqué, au terme de la conférence de presse, que "la gravité de l’affaire et l’obligation de discrétion dans le déroulement de l’enquête" l’empêchent de donner d’autres détails à l’heure actuelle.

LIRE AUSSI: Disparition de Nehal: les indices récupérés en cours d'analyse

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

"قناة النهار تتحصل على شريط فيديو للطفلة... par Ennahar