Huffpost Maroc mg

Le Maroc adopte un projet de loi relatif à la lutte contre le dopage

Publication: Mis à jour:
DOPAGE
DR
Imprimer

DOPAGE - Le Maroc veut lutter efficacement contre le dopage et s'en donne les moyens. Le projet de loi n°97-12 relatif à la lutte contre le dopage dans le sport a été adopté, mardi à l'unanimité par la Chambre des représentants, à la veille de l'ouverture des JO de Rio.

Selon un communiqué du ministère de la Jeunesse et des sports, le texte vise à prévenir et lutter contre le dopage dans le sport, préserver la santé des sportifs et éviter les pratiques portant atteinte à la déontologie du sport, ses valeurs et ses objectifs. D'où la création de "l'Agence marocaine antidopage".

Celle-ci aura pour missions de "préparer et d'exécuter le programme annuel des actions de contrôle, de coordonner les actions de prévention, d'assister les administrations et les fédérations, les associations et les sociétés sportives dans les mesures à prendre pour la prévention et la lutte contre le dopage", indique le communiqué.

Elle doit aussi "mettre en oeuvre un programme d'éducation, de formation et de sensibilisation, assurer le suivi des résultats des analyses des échantillons et des procédures de confirmation des résultats, statuer sur tous les dossiers à caractère disciplinaire relatifs aux affaires de dopage, octroyer et reconnaître la validité des autorisations d'usage à des fins thérapeutiques, délivrées par les instances compétentes relevant d'un Etat partie à la convention internationale contre le dopage dans le sport".

Début juillet, la commission de discipline de la Fédération royale marocaine d’athlétisme avait décidé de suspendre deux athlètes suite à une violation des règles anti-dopage de l’association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF).

En plus des suspensions infligés aux athlètes, la FRMA avait récemment porté devant le tribunal de première instance de Salé l’affaire d’un réseau de commercialisation de produits dopants impliquant des athlètes marocains.

Le Maroc a été pointé du doigt par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF), qui estimait au mois de mars que la situation était "très critique" en matière de dopage et de lutte contre ce fléau.

Pourtant, le royaume avait déjà adopté la Convention internationale de lutte contre le dopage dans le sport le 19 octobre 2005 à Paris, ainsi que Code mondial antidopage de l'Agence mondiale antidopage du 5 mars 2003.

LIRE AUSSI :

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces athlètes marocains qui ont marqué l'histoire
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction