Huffpost Maroc mg

Un Conseil national pour la protection de l'arabe, de l'amazighe et du hassani

Publication: Mis à jour:
AMAZIGHE
DR
Imprimer

GOUVERNEMENT - Le Conseil de gouvernement, réuni mercredi sous la présidence du Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, a adopté le projet de loi n° 04-16 relative au Conseil national des langues et de la culture marocaine (CNLCM).

Le projet de loi organique dote le CNLCM de la personnalité morale et de l’autonomie financière, et définit ses attributions et ses missions, surtout celles relatives à la proposition d’orientations stratégiques de l’Etat dans les domaines linguistique et culturel.

Le projet de loi organique dote ce dernier d'une super-compétence en la matière, et dispose qu'il sera "chargé notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe et des diverses expressions culturelles marocaines", selon l'article 5 de la Constitution, qui dispose, aussi, que le Conseil "regroupe l’ensemble des institutions concernées par ces domaines".

Protection de l'arabe, de l'amazighe et du hassani

En vertu du texte de loi, le CNLCM est chargé de la protection et du développement des langues arabe, amazighe et hassani et des diverses expressions culturelles marocaines. Le Conseil devra aussi mener des actions dans le sens de la facilitation de l’apprentissage et de la maîtrise des langues étrangères les plus courantes dans le monde. Les avis rendus par le Conseil, son rapport annuel et les études et les recherches réalisées en son nom seront publiées notamment au Bulletin officiel.

Comme nous l'annoncions dans un précédent article, le Conseil national des langues et de la culture absorbera l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM). En plus de l'IRCAM, l'Académie Mohammed VI pour la langue arabe passera elle aussi sous le giron du CNLCM, ainsi que d'autres instances dont le projet de loi prévoit la création, qui sont l'instance relative au Hassani et aux autres dialectes et expressions culturelles marocaines, l'instance relative au développement culturel et à la protection du patrimoine et l'instance relative au développement de l'usage des langues étrangères.

Outre son président, le Conseil se compose de 25 membres dont le mandat est fixé à cinq ans renouvelables, représentant 5 catégories: les experts dans les domaines du développement linguistique, culturel, et des différentes expressions culturelles marocaines, les institutions et les instances nationales, les administrations publiques, les universités et les instituts de formation dans les domaines de la culture et des arts, ainsi que les associations et ONG.

LIRE AUSSI :