Huffpost Maroc mg

2015, année la plus chaude depuis 1960 au Maroc

Publication: Mis à jour:
SOLEIL MAROC
2015, année la plus chaude depuis 1960 au Maroc | Creative Commons
Imprimer

MÉTÉOROLOGIE - Sur la planète, l'année 2015 a été la plus chaude de l'époque moderne depuis que les données météorologiques ont commencé à être enregistrées en 1880. Et le Maroc n'a pas échappé à cette hausse des températures.

Selon un rapport de l'American Meteorological Society publié début août, la température annuelle enregistrée l'année dernière a été la plus chaude depuis 1960 dans le royaume. Ainsi, la température maximale moyenne annuelle dans le nord-ouest du pays était d'environ 1°C plus élevée que d'habitude.

Si le pays a connu un hiver relativement froid (1°C de moins en moyenne entre décembre 2014 et février 2015), le printemps, l'été et l'automne ont été particulièrement chauds. Il faisait par exemple 3°C de plus au mois de mai 2015 que la température attendue.

Des pluies torrentielles

Le changement climatique qui frappe le Maroc s'est également fait ressentir dans la densité des précipitations. Moins nombreuses, elles ont néanmoins été plus violentes, notamment en mars (entre 145% et 230% du niveau normal de précipitations), en mai et en août, où des pluies torrentielles ont été enregistrées, note le rapport.

Ainsi, les précipitations totales reçues en août dernier étaient bien au-dessus du niveau normal. L'exemple de Marrakech est significatif: 45 mm ont été enregistrés dans la ville ocre au lieu des 2,7 mm habituels. A Sidi Ifni, les précipitations ont atteint 23,2 mm, soit dix fois plus que le niveau attendu à cette période de l'année (2,1 mm). Les précipitations d'automne 2015, quant à elles, ont été bien moins importantes qu'en 2013 et 2014, variant entre 7% de la normale à Casablanca et environ 86% de la normale à Midelt.

Autres événements climatiques marquants: en janvier et février 2015, une vague de froid a touché le pays, entraîne d'importantes chutes de neige. Trois mètres de neige sont tombés dans le nord du Maroc en février, soit le niveau le plus élevé enregistré au cours de ce mois depuis 30 ans. Par ailleurs, les vagues de chaleur, associées à l'arrivée de l'air sec continental trouvant sa source au Sahara, ont causé plusieurs incendies qui ont dévasté des centaines d'hectares de forêts, en particulier dans le nord du pays.

Pourquoi a-t-on eu chaud?

Si l'on a eu plus chaud en 2015, c'est notamment dû à l'augmentation de la température emmagasinée dans les océans, mais aussi à la circulation atmosphérique qui changé: "elle est devenue plus méridienne (ondulante) que zonale (rectiligne)", expliquait au HuffPost Maroc Mohammed Said Karrouk, professeur de climatologie à l'université Hassan II à Casablanca. Autrement dit, la chaleur qui vient du sud pousse vers le nord, créant une onde positive chaude, suivie d'une onde négative froide. C'est cette onde chaude qui a surtout frappé le pays.

Enfin, si la température a augmenté en 2015, c'est ausi dû en grande partie à un phénomène bien connu des climatologues, El Niño, "qui participe à l'intensification des 'crêtes planétaires', ces ondes positives chaudes qui poussent vers le pôle, laissant peu de place au froid", selon M. Karrouk.

Ce phénomène de températures élevées et l'arrivée de pluies torrentielles ne devrait que s'accentuer dans les années à venir. "Ce que nous vivons aujourd'hui sont les caractéristiques mêmes du nouveau climat. Quand il pleut, il pleut abondamment. Quand il ne pleut pas, il fait plus chaud, et l'évaporation est plus intense. L'équilibre climatique dans lequel nous vivions auparavant n'existe plus", conclut M. Karrouk.

LIRE AUSSI: Chaleur, pluie... Quel climat connaîtra le Maroc dans les années à venir?