Huffpost Maroc mg

Attentats de Madrid: Trois Marocains bientôt extradés par l'Espagne

Publication: Mis à jour:
ATTENTATS MADRID
Attentats de Madrid: Trois Marocains bientôt extradés par l'Espagne | DR
Imprimer

JUSTICE - Le 11 mars 2004, l'Espagne était en état de choc, après le retentissement de 10 explosions dans quatre trains de la banlieue de la capitale, Madrid. Bilan: 191 morts et près de 2.000 blessés. Aujourd’hui, plus de 12 ans après ces attentats, les plus meurtriers du pays, revendiqués depuis par Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI), trois Marocains condamnés à l’époque pour leur implication dans ces évènements s’apprêtent à sortir de prison, après avoir purgé leur peine.

Selon le journal El Mundo, leur libération est prévue début 2017 et leur extradition au Maroc est d’ores et déjà envisagée par le voisin ibérique.

Le premier Marocain qui sera libéré est Youssef Belhadj. Arrêté en Belgique, puis extradé vers l'Espagne en 2005, il est considéré comme le responsable de l’aile militaire de l’AQMI en Europe au moment des faits. Accusé d’avoir commis 191 délits d’assassinats, "38.962 ans" de prison avaient été requis contre lui en premier lieu. Finalement, il n'a écopé que de 12 ans de prison pour "appartenance à une organisation terroriste". Saad El Harrak et Abdelmajid Bouchar seront également extradés au Maroc après leur libération.

Un 4e Marocain déjà expulsé

Un autre Marocain dénommé Fouad El Morabit, également impliqué dans les attentats de Madrid, a quitté la prison en mars dernier, après 12 ans de détention. Il a fait l’objet par la suite d’un ordre d’expulsion du territoire espagnol et serait actuellement au Maroc.

Au total, 118 suspects avaient été mis en examen depuis le début de l'enquête. 29 personnes seulement avaient alors été inculpées. Outre les quatre Marocains, il y avait un Egyptien et un Espagnol, considérés comme les principaux responsables de l'attentat, sur le banc des accusés. Sept autres "co-auteurs du massacre" avaient péri dans un attentat suicide à l'explosif à Leganes, dans la banlieue sud de Madrid, trois semaines après l'attentat.

Selon Le Figaro, sur les 29 personnes inculpées, 10 ont été jugées pour appartenance à une organisation terroriste et une douzaine pour y avoir collaboré.

LIRE AUSSI: