Huffpost Maroc mg

E-gouvernance: Le Maroc 4e en Afrique selon l'index 2016 de l'ONU

Publication: Mis à jour:
EGOV
Le Maroc perd 3 places dans l'index de la e-gouvernance | DR
Imprimer

GOUVERNANCE - Dans le domaine de la e-gouvernance, le Maroc s’en sort pas mal et c’est l’Organisation des Nations unies (ONU) qui le dit. Dans son dernier rapport sur la gouvernance en ligne "E-Gouvernment Survey 2016", publié fin juillet, la Division de l'administration publique et de la gestion du développement (DPADM) du Département des Nations unies pour les affaires économiques et sociales (DAES), classe le royaume 85e, sur 193 pays étudiés au niveau mondial.

Certes, le Maroc a perdu trois places par rapport au dernier classement, publié en 2014, où il avait progressé de 38 places d’un coup, mais il est toujours considéré comme l’un des pays possédant un indice "élevé" de développement de la e-gouvernance (E-Government Development Index, EGDI).

Au niveau africain, le Maroc occupe la 4e place du classement, juste devant les Seychelles (2e) et derrière l’Afrique du Sud (3e) et la Tunisie (2e). L’Ile Maurice est, elle, la championne du continent dans le domaine (1er).

egov

A l’échelle mondiale, le Royaume-Uni est premier, suivi du Japon et de l’Australie.

17e en matière de e-participation

Pour ce qui est de la e-participation, que les auteurs du rapport définissent comme étant "le processus d'engagement des citoyens par le biais des TIC dans la politique", le Maroc est cette fois bien classé. Avec un indice "très élevé" de plus de 0,75, il est 17e au niveau mondial, au même rang qu’Israël, la Lituanie, le Monténégro et la Serbie.

egouvern

Les leaders en la matière sont les mêmes champions de la gouvernance en ligne, à savoir le Royaume-Uni, le Japon et l’Australie.

Dans le même rapport, le "Modèle de développement régional pour les provinces du sud" a été par ailleurs mis en relief. "L'objectif de ce débat-forum ouvert, organisé par le Conseil économique, social et environnemental du Maroc, est d'accroître la participation et recueillir les contributions des chercheurs et du public pour un nouveau modèle de développement intégré et durable. Il se concentre sur les régions administratives de Boujdour-Sakia, Laâyoune-Al Hamra, Oued Ed-Dahab-Lagouira, et Guelmim-Es Semara".

Pour ses auteurs, ce modèle est conçu pour les aider à réaliser leurs aspirations à créer plus d'emplois et de richesse.

Le "E-Gouvernment Survey" est publié tous les deux ans. Il offre un "aperçu des tendances dans le développement de l'administration électronique dans plusieurs pays à travers le monde".

LIRE AUSSI: