Huffpost Maroc mg

Le plaidoyer de Rachida Dati pour que la France "resserre ses liens" avec le Maroc, "meilleur allié" contre le terrorisme

Publication: Mis à jour:
RACHIDA DATI
Former Justice Minister Rachida Dati speaks at a political rally for Nicolas Sarkozy, France's President and candidate for the 2012 French presidential elections, in Lille, February 23, 2012. REUTERS/Pascal Rossignol (FRANCE - Tags: ELECTIONS POLITICS) | Pascal Rossignol / Reuters
Imprimer

TRIBUNE - On connaissait l'amour de Rachida Dati pour le Maroc. L'ancienne ministre française de la Justice est intervenue à plusieurs reprises dans les médias pour défendre la position marocaine, que ce soit en matière de politique étrangère, de justice ou même de moeurs.

Cette fois-ci, à l'heure où la France fait face à une importante menace terroriste, l'eurodéputée d'origine algéro-marocaine appelle la France à "resserrer ses liens" avec le Maroc, qu'elle considère comme "le meilleur allié" contre le terrorisme.

Dans une tribune publiée lundi 1er août sur LesEchos.fr, Rachida Dati estime ainsi qu'il est "plus que jamais nécessaire de mettre en avant les expériences qui peuvent servir d’antidotes à un islam dévoyé", et que le Maroc peut en cela servir d'exemple.

"Le Maroc réussit ce que les idéologies socialisantes et autoritaires qui étaient prisées dans la région n’ont pas su faire: transformer un pays en une puissance moderne, reposant sur un état de droit respectueux des libertés, et résolument tourné vers l’avenir", estime l'ancienne ministre, qui liste une série de chantiers de développement lancés par le Maroc, "autant de politiques bénéfiques qui donnent à la population la possibilité de maîtriser son destin, d'accéder au savoir et à la culture, qui participent ainsi efficacement à la lutte contre les obscurantismes de toute nature".

"En faisant vivre au quotidien un islam ouvert et tolérant, le Maroc s’érige comme le meilleur rempart contre tous ceux qui dévoient cette religion en prenant les musulmans en otages ou en devenant leurs bourreaux", ajoute-t-elle avant de conclure: "le renforcement de notre coopération avec le Royaume chérifien doit être une priorité de notre politique étrangère et de la stratégie européenne. Ne pas le comprendre, c’est ne pas être à la hauteur des difficultés que nous traversons et commettre une faute historique dont nous serons comptables".

LIRE AUSSI: Les renseignements marocains ont alerté la France avant l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray