Huffpost Maroc mg

Moubdie, El Omari et Birou attendus au parlement

Publication: Mis à jour:
PARLEMENT MAROC
Moubdie, El Omari et Birou attendus au parlement | DR
Imprimer

PARLEMENT - Mardi 2 août, dans le cadre de la séance hebdomadaire des questions orales, la Chambre des représentants recevra trois ministres afin qu'ils répondent à plusieurs questions d'actualité et informent le parlement de l'avancement de certains chantiers importants.

Mohamed Moubdie, le ministre chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration doit dérouler les mesures prises par son département pour rétablir la confiance des citoyens envers l'administration, en réponse à une question du groupe parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM). Le Mouvement populaire (MP), auquel est affilié le ministre, le questionnera sur la lutte contre la corruption dans la fonction publique et l'administration. De son côté, le Parti de la justice et du développement (PJD) interviendra sur les mesures prises pour faciliter l'accès à l'information au sein de l'administration.

Le ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile Abdelaziz El Omari, lui, devra répondre à deux questions de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) sur la détérioration de la situation des prisons, et l'amélioration des relations avec la société civile. De son côté, le PJD questionnera le ministre sur la Charte nationale de la démocratie participative.

Le troisième ministre qui devra répondre aux questions des députés est Anis Birou, en charge du département des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration. Les parlementaires du Mouvement populaire lui poseront une question orale sur l'approche adoptée par le gouvernement pour accueillir les MRE qui ont fui la crise économique, et dont le HuffPost Maroc a publié en exclusivité les détails. Les groupes parlementaires de l'Union constitutionnelle (UC) et du PJD, eux, questionneront le ministre sur les mesures prises par son département pour faire face à la recrudescence des campagnes racistes contre les Marocains en Europe.

LIRE AUSSI: