Huffpost Maroc mg

Jésus, Coran, Syrie... Les sœurs otages racontent leur discussion surréaliste avec les tueurs de Saint-Étienne-du-Rouvray

Publication: Mis à jour:
SAINT ETIENNE DU ROUVRAY
Jésus, Coran, Syrie... les sœurs otages racontent leur discussion surréaliste avec les tueurs de Saint-Étienne-du-Rouvray | AFP
Imprimer

TERRORISME - "Quand je les ai vus rentrer, je me suis dit 'ça y est, c'est fini'". Sœur Danielle, l'une des otages dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, témoignait ainsi de son effroi peu après l'attentat qui a coûté la vie au prêtre Jacques Hamel mardi. Ce vendredi 29 juillet, elle est revenue sur le drame avec deux autres religieuses, Hélène et Huguette.

Les trois sœurs retenues dans l'église par Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean se sont confiées au magazine La Vie, évoquant la tenue vestimentaire des assaillants qui avaient "le style des terroristes", le "slogan en arabe" qu'ils ont proféré et la manière dont ils ont mis en scène l'assassinat à l'arme blanche du prêtre âgé de 86 ans, qui a tenté tant bien que mal de se défendre.

"Tant qu’il y aura des bombes sur la Syrie..."

Des détails déjà connus, de par les différents témoignages et les éléments fournis par l'enquête, mais qui s'accompagnent aussi de faits plus surprenants. Comme le souligne La Vie, les deux jeunes terroristes ont "changé d'attitude" une fois leur meurtre commis, leur "énervement" et leur "agressivité" se dissipant avant qu'ils n'entament "une conversation totalement surréaliste".

L'hebdomadaire catholique énumère les différents sujets abordés, notamment le Coran sur lequel sœur Hélène est interrogée par l'un des jihadistes. "Oui, je le respecte comme je respecte la Bible, j’ai déjà lu plusieurs sourates", explique la religieuse qui souligne qu'elle a été frappée par "les passages sur la paix". Une remarque qui aurait "touché" son interlocuteur.

"La paix, c’est ça qu’on veut. Quand vous passerez à la télévision, vous direz à vos gouvernants que tant qu’il y aura des bombes sur la Syrie, nous continuerons les attentats. Et il y en aura tous les jours. Quand vous arrêterez, nous arrêterons", aurait alors déclaré le jeune homme.

L'autre terroriste aurait par ailleurs discuté de Jésus avec une autre sœur, Huguette. "Jésus ne peut pas être homme et Dieu. C’est vous qui avez tort", aurait-il dit. Pas d'accord mais évidemment sous la menace, la religieuse a raconté à La Vie qu'elle avait répondu: "Peut-être, mais tant pis", expliquant qu'elle ne "voulait pas mettre de l’huile sur le feu et ne pas renier" ses convictions.

"Un sourire doux, celui de quelqu’un d’heureux"

Cette même sœur a aussi expliqué que l'un des terroristes lui avait souri. "J’ai eu le droit à un sourire du second. Pas un sourire de triomphe mais un sourire doux, celui de quelqu’un d’heureux", a-t-elle confié.

"On ne peut pas accepter cette violence. C’est inacceptable. Ce ne sont pas de vrais musulmans", déplore aujourd'hui sœur Danielle. C'est elle qui, parvenue à prendre la fuite, a pu donner l'alerte mardi. La brigade d'intervention (BRI) et une brigade anti-criminalité arrivées sur place ont ensuite tenté d'entamer une négociation avec les terroristes. Les policiers ont tenté une incursion, sans succès.

Peu après, trois otages - les deux religieuses restantes et une paroissienne également retenue - sont sortis de l'église suivis par les deux hommes criant "Allah Akbar", dont l'un portait une arme de poing. Ils ont tous les deux été tués par la BRI.

LIRE AUSSI: