Huffpost Maroc mg

Après l'assassinat du prêtre en France, des musulmans observent une minute de silence devant l'église (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SOLIDARITÉ - Une centaine de fidèles et de représentants d'une mosquée à Saint-Etienne-du-Rouvray (nord-ouest) se sont rassemblés vendredi 29 juillet devant l'église où officiait le prêtre Jacques Hamel, assassiné mardi dernier par deux terroristes, et ont observé une minute de silence à sa mémoire.

"Nous le disons à tous ces criminels: notre fraternité vivra, et dans toutes les mosquées", a indiqué l'imam de la mosquée, soulignant qu'il ne peut pas se taire face à ce crime effroyable, car son silence pourrait être interprété comme de la connivence. "En tant que musulman, je ne tolère pas ce genre de choses", a déclaré, à son tour, un universitaire spécialiste en religions, à propos de cet attentat.

Les fidèles musulmans se sont ensuite rendus à la mosquée pour y accomplir la prière du vendredi. Des catholiques étaient invités à cette prière, notamment le prêtre titulaire de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray où a été assassiné le père Jacques Hamel.

"Vous partagez notre douleur. Cette douleur est aussi la vôtre", a déclaré le curé de Saint-Étienne-du-Rouvray, Auguste Moanda, devant les musulmans de la ville lors de la prière du vendredi, soulignant que la fraternité entre musulmans et chrétiens, qui existe déjà, doit continuer.

Une marche de la fraternité est prévue samedi à Lyon. "Elle a vocation à rassembler tout citoyen désireux de monter le visage d’une société unie face aux actes terroristes, refusant l’assimilation de la communauté musulmane au terrorisme et considérant que la fraternité et l’unité doivent être plus que des slogans", indiquent les organisateurs de cette marche.

Ce vendredi, à la grande mosquée de Lyon, l’imam a invité les fidèles lors de son prêche, à participer en masse à ce rassemblement pour montrer leur solidarité et leur tristesse après l’assassinat du prêtre Jacques Hamel.

LIRE AUSSI: Jésus, Coran, Syrie... Les sœurs otages racontent leur discussion surréaliste avec les tueurs de Saint-Étienne-du-Rouvray