Huffpost Tunisie mg

Le gouvernement Essid n'a réalisé que 20 de ses 72 promesses selon "I Watch"

Publication: Mis à jour:
ESSID GOVERNMENT
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

"Sur un total de 72 promesses, le gouvernement de Habib Essid n’a réalisé que 20", a indiqué vendredi le président de l’Organisation "I Watch", Achraf Aouadi .

Dressant le bilan du gouvernement de Habib Essid depuis son investiture le 06 février 2015, Aouadi a ajouté que sur un total de 72 promesses, 20 ont été tenues et 40 sont en cours de réalisation, alors que les 12 autres n’ont pas été remplies.

D’après Achraf Aouadi, les promesses réalisées portent sur l’équipement et le renforcement des capacités opérationnelles des différents corps de sécurité, de l’armée, de la douane et de la protection civile.

Le gouvernement a également réussi à consolider ses relations avec les pays frères et voisins et à favoriser la coordination avec eux pour mieux sécuriser les frontières et accroitre les capacités en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, selon le rapport de "I Watch" présenté aujourd’hui lors d’une conférence de presse.

Volet politique étrangère, le président de "I Watch" a estimé que le gouvernement a renforcé ses relations avec des pays proches et lointains et porté un intérêt accru à la diplomatie économique.

Il a également adopté un nouveau modèle de développement basé sur le renforcement de la complémentarité entre les secteurs public, privé et social.

A part la révision du code des investissements, le gouvernement n’a rien réalisé dans le domaine économique, a-t-il lancé.

D'après Achraf Aouadi, le gouvernement Essid a aussi élaboré une note d’orientation relative au plan quinquennal pour la période à venir afin de relever le défi du développement dans tous les domaines, faisant observer qu’il s’agit là de l’une de ses promesses.

Selon "I Watch", le gouvernement n’a pas tiré au clair la question des organisations parallèles qui œuvrent à porter atteinte aux institutions de l’État et à leur prestige.

Il n’a pas réussi non plus à garantir le droit de manifestation pacifique, a-t-il ajouté.

De surcroit, il a n’a pas mis en place un système d’information pour assurer le contrôle des prix des produits alimentaires dans les marchés de gros, ni pris des mesures efficaces pour lutter ou réduire le commerce parallèle.

Pour Aouadi, le gouvernement ne doit pas assumer tout seul la responsabilité de la non-application de toutes ces promesses, faisant remarquer que l’Assemblée des représentants du Peuple est aussi responsable, dans la mesure où plusieurs projets de lois élaborés par le gouvernement n’ont pas été adoptés par l’ARP.

Hédi Majdoub au top, Saïd Aidi le flop selon "I Watch"

Selon "I Watch", le ministre de l'intérieur Hedi Majdoub est le meilleur ministre du gouvernement Essid, alors que Saïd Aidi est le moins efficace en termes de rendement.

Dressant le bilan du gouvernement Habib Essid depuis son investiture le 06 février 2016, le président de l'Organisation Achraf Aouadi, a expliqué que l’évaluation du rendement de Hedi Majdoub s’est appuyée sur les indicateurs positifs constatés en termes de sécurité et de gestion de crises.

Cependant pour "I Watch", Saïd Aidi n’a pas su gérer le dossier social, en témoignent le déroulement des appels d'offres publics, les cas de corruption recensés au sein de la pharmacie centrale et le scandale des stents périmés.

Le ministre du Développement et de la coopération internationale Yassine Brahim est le moins respectueux des principes de bonne gouvernance a affirmé l'organisation.

A cet égard, elle cité l'affaire de la banque Lazard, où "Yassine Brahim n'a pas respecté les appels d'offres publics".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.