Huffpost Maroc mg

Des élus marocains condamnés à la prison ferme pour corruption

Publication: Mis à jour:
PARLEMENT
DR
Imprimer

JUSTICE – La sentence est tombée mercredi. 13 élus de la région de l’Oriental, dans le nord-est du Maroc, ont été condamnés à des peines de prison par le tribunal de première instance. Selon le site d’information arabophone Al Yaoum 24, ils sont accusés de corruption pendant le scrutin du 2 octobre dernier, réservé à la Chambre des conseillers.

Deux des élus mis en cause ont écopé de 7 mois de prison ferme, en plus d’une amende de 20.000 dirhams. Un troisième accusé a été condamné à 5 mois de prison ferme et à verser la même amende, alors que le reste a écopé de 3 mois de prison ferme.

Les 13 élus en question étaient poursuivis par le parquet général pour avoir accepté des sommes d’argent sous forme de dons et tenté d’acheter des voix d’élus par le biais de cadeaux offerts, entres autres.

Pour rappel, plusieurs voix s’étaient élevées pour dénoncer des pratiques de corruption qui auraient entaché ces échéances, au lendemain de la publication de leurs résultats vendredi 2 octobre. "Près de 70% des élus" seraient concernés, selon le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Nabil Benabdellah. Pour le patron de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachgar, "l'opération électorale (de la deuxième chambre, ndlr) ressemblait au début d'une nouvelle saison sportive en termes de transferts et de marchandages sur la valeur de chaque électeur".

Il y a un peu plus d’un mois, le 14 juin dernier, les deux fils du secrétaire général du parti de l'Istiqlal Hamid Chabat, ont été condamnés par le tribunal de première instance de Fès à huit mois de prison avec sursis, assortis d'une amende de 20.000 dirhams. Quatre autres militants du parti de l'Istiqlal ont été innocentés dans des affaires similaires.

La commission gouvernementale de suivi des élections avait engagé des poursuites contre 26 personnes au total, auprès des différents tribunaux du royaume. Quatorze d'entre eux ont été candidats à la Chambre des conseillers, parmi lesquels dix ont remporté un siège.

LIRE AUSSI: