Huffpost Algeria mg

Le site archéologique de l'antique cité Tobna à Batna délimité

Publication: Mis à jour:
TOBNA
DR
Imprimer

Une équipe d’archéologues du Centre national de recherche en archéologie vient d’achever une opération de délimitation du site archéologique de l’antique cité Tobna (Batna), rapporte l’APS..

Selon le directeur de la Culture de la ville de Batna Omar Kebour, l’opération a été effectuée entre les 18 et 24 juillet et le rapport de l'équipe d'archéologues sera soumis à une commission spécialisée au ministère de la Culture avant d’être remis aux services concernés dont les domaines publics et le cadastre pour procéder à la révision du statut du site et aux relevés nécessaires.

C’est "un premier pas très important" vers la protection du site qui s’étend à l’Est de la route nationale (RN) n° 70 entre les deux villes de Barika et M’doukal, relève le directeur de la Culture. Ce dernier s’attend à la reprise du plan de protection du site lancé en 2012 puis suspendu faute "justement de la délimitation précise du site".

Une seconde étude devra être lancée "prochainement" pour tenter de connaître ce que renferme le site dont "l’essentiel des vestiges est enseveli", a encore fait savoir M. Kebbour, lui-même spécialiste en archéologie.

Classée en 1950 et portée sur la liste du patrimoine national en janvier 1968, la ville Tobna n’a pas bénéficié de l’intérêt de la recherche archéologique et une grande partie de la cité s’est dégradée sous l’effet des éléments de la nature et des actes de pillage, assurent des habitants de la région.

Tobna a été mentionnée pour la première fois par les sources de l’antiquité sous la dénomination de Thubunae. Pline l’Ancien (23 av JC) dans son livre "Histoire naturelle" la désigne par Tuben oppidun qui signifie ville fortifiée. C’est son nom durant la période de l’occupation romaine et byzantine. Après l'avènement de l'islam dans la région, cette appellation devient, par glissement phonétique, Tobna.

Selon certaines sources historiques, la cité fut la capitale du Zab du 8ème siècle à la fondation de la ville M’sila vers 1017 par la dynastie Hammadite qui avait annexé Tobna à ses territoires.

Terre d’accueil pour plusieurs civilisations, Tobna qui dort aujourd’hui sur 70 hectares, renferme, assure le service patrimoine de la direction de la Culture, des ruines romaines et islamiques dont un "merveilleux" palais de la dynastie Ziride.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les ruines romaines de Tipaza
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction