Huffpost Algeria mg

Demande d'adhésion du Maroc à l'UA: les textes de l'organisation "parfaitement clairs" (Lamamra)

Publication: Mis à jour:
LAMAMRA
Algeria's Foreign Minister Ramtane Lamamra reacts while being recognized by the Speaker in the House of Commons on Parliament Hill in Ottawa September 29, 2014. REUTERS/Chris Wattie (CANADA - Tags: POLITICS) | Chris Wattie / Reuters
Imprimer

Ramtane Lamamra est encore revenu mercredi 28 juillet sur la demande du Maroc d'adhérer à l'Union africaine (UA). Le ministre d'Etat, des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a indiqué que les textes relatifs à cette démarche "sont parfaitement clairs", rapportait hier l'agence de presse officielle.

Ramtane Lamamra intervenait à l'issue de son entretien avec le ministre nigérien des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur, Ibrahim Yacoubou.

Il a ainsi déclaré que la "question est parfaitement claire". L'adhésion passe par des procédures énoncées dans les textes africains, qui détaillent également "les positions politiques du Continent concernant nombre de sujets y afférents".

"Je pense que le communiqué rendu public, mardi, par la Commission de l'UA intervient pour élucider la question, après tout ce qui a été écrit et dit à ce propos", a-t-il ajouté. Il a précisé que "des éclaircissements seront donnés à l'avenir concernant tous les aspects relatifs à ce sujet".

Dans ce communiqué, la Commission de l'Union africaine (UA) a déclaré que le Maroc n'a pas participé à la 27e Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement africains à Kigali au Rwanda les 17 et 18 juillet 2016. Le pays voisin n'a pas non plus "pris la parole", rajoute-t-on.

Le même communiqué avait conclu que "l'Acte constitutif ne contient pas de disposition relative à l'expulsion d'un membre quelconque de l'Union".

Le président Idris Deby Itno, président du Tchad et président en exercice de l'UA, "a informé la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini Zuma, qu'il avait reçu un courrier du roi du Maroc Mohamed VI concernant l'intention du Maroc de joindre l'UA", affirme le communiqué publié sur le site de l'UA.

"Cette question ne figurait pas à l'ordre du jour du sommet et n'a pas non plus fait l'objet de discussions au cours des délibérations de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement", ajoute le texte.

Une partie de la rencontre entre le ministre des Affaires étrangères et le ministre nigérien a été consacrée à ce sujet, poursuit la même source. Le reste des discussions s'était articulé autour de la "nécessité de consolider l'Union Africaine et de veiller à l'accomplissement de ses missions".

Les deux parties œuvreront ensemble à "assurer le succès de l'élection d'une nouvelle Commission africaine lors du prochain sommet d'Addis Abeba", a poursuivi le ministre.

"Nous souhaitons œuvrer avec nos frères nigériens afin d'assurer le succès du sommet d'Addis Abeba et offrir l'opportunité au sommet de Niamey de focaliser sur les autres aspects de coopération et d'intégration économique et l'ouverture de perspectives prometteuses pour l'action arabe commune", a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI: "Les Etats-Unis appuient le processus onusien pour le règlement de la question sahraouie", affirme Antony Blinken

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.