Huffpost Maroc mg

Qui est Moha Ouali Tagma, le "Monsieur Afrique" de la diplomatie marocaine?

Publication: Mis à jour:
MOHA OUALI TAGMA
Qui est Moha Ouali Tagma, le "Monsieur Afrique" de la diplomatie marocaine? | DR
Imprimer

DIPLOMATIE - Lors d'une cérémonie tenue récemment à l'ambassade de France, à Rabat, l'ancien directeur des Affaires africaines au ministère des Affaires étrangères Moha Ouali Tagma a été décoré des insignes de chevaliers de l’Ordre national du mérite de la république française. Une consécration de plus pour ce diplomate chevronné, nommé ambassadeur du Maroc au Nigeria lors du Conseil des ministres qui s'est tenu à Laâyoune, en février 2016, et qui a été l'un des artisans du retour du Maroc à l'Union africaine (UA).

Une enfance à Aïn Leuh

Né en 1954 à Aïn Leuh, une commune rurale marocaine de la province d'Ifrane, Moha Ouali Tagma "est élevé dans l’idéal de la liberté nourri des récits de la Seconde Guerre mondiale", écrivait Jeune Afrique dans un article consacré au Monsieur Afrique de la diplomatie marocaine. Car "son père, militaire, a participé aux campagnes de libération de l’Europe occupée par l’Allemagne nazie (Corse, île d’Elbe, Provence, Alsace…)", poursuit Jeune Afrique.

Le jeune Ouali Tagma "fréquente le très réputé collège d’Azrou. Il y reçoit une éducation francophile dans un établissement créé par les Français pour fournir au royaume ses généraux, préfets et autres grands commis de l’État. Puis il décroche une licence en sciences politiques à l’université de Fès, avant de rejoindre l’École nationale d’administration de Rabat (ENA)", raconte Jeune Afrique.

Une fois diplômé, le voici qui rejoint le ministère des Affaires étrangères, en 1981. En 1982, il est nommé chargé d’affaires à Malabo, en Guinée équatoriale, poste qu'il maintiendra jusqu'à 1987.

Négocier l'adhésion du Maroc à l'OMC

De 1987 à 1989, il est nommé premier conseiller auprès de l'ambassade du Maroc à Libreville, au Gabon. À l'époque, Moha Ouali Tagma a été "accueilli à bras ouverts par Omar Bongo Ondimba, qui entretient des relations étroites avec son 'frère' Hassan II", écrit Jeune Afrique.

En 1990, Ouali Tagma fait ses valises pour la Suisse, où il rejoint la mission permanente du royaume du Maroc à Genève. Chargé du dossier du GATT, il négociera activement l’adhésion du Maroc a l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui se concrétisera le 1er janvier 1995. Il restera à Genève jusqu'en 1998, avant d’être nommé, en 1999, directeur du personnel et de la formation au ministère des Affaires étrangères.

Après ce retour au siège à Rabat, "il fait ses valises en 2003 pour Dakar. Mohammed VI a succédé à Hassan II et multiplie les voyages au sud du Sahara. L’ambassadeur l’accueille cinq fois au Sénégal", poursuit le magazine. Les relations maroco-sénégalaises sont alors au beau fixe, et "en remerciement pour ses bons et loyaux services, le président sénégalais et son épouse offriront à Moha Ouali Tagma un dîner d’adieu à leur domicile particulier", révèle Jeune Afrique.

En 2008, Moha Ouali Tagma est nommé ambassadeur du Maroc en Pologne, où il cherchera à développer les relations entre Rabat et Varsovie, et préparera, en 2010, la visite officielle du premier ministre marocain Abbas El Fassi en Pologne. En récompense pour la qualité de ses services, lors d'une cérémonie qui s’est déroulée à la résidence de Pologne à Rabat, en 2014, en présence, entre autres du conseiller royal Moulay Slimane Alaoui, des ambassadeurs d’Allemagne, d’Espagne, d’Algérie, du Sénégal, de Croatie, de la République tchèque, de Roumanie, des Pays Bas, du Portugal, Moha Ouali Tagma a reçu une haute décoration polonaise: la Croix de Chevalier de l'Ordre du Mérite, suite à la décision du président de la république de Pologne Bronisław Komorowski.

Les Affaires africaines et l'UA

En 2012, Moha Ouali Tagma prend la tête de la Direction des affaires africaines au ministère des Affaires étrangères en remplacement de Nezha Alaoui M'hammdi, qui assurait l'interim après le départ à la retraite d’Abdellatif Bendahane. Une consécration naturelle pour ce diplomate chevronné, qui a passé pas moins de 30 ans en Afrique. À la tête de la direction des Affaires africaines, il pose les fondements de la stratégie du Maroc envers l'Union africaine (UA), et évoquait déjà la possibilité de mener une "opération d'envergure, en concertation très étroite avec un noyau dur de Chefs d'Etat amis (Sénégal, Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Gabon, Guinée équatoriale) visant à obtenir la majorité de 2/3 des Etats membres de l'UA sur le projet de résolution de suspension de la pseudo 'RASD'".

LIRE AUSSI: