Huffpost Tunisie mg

A J-2 de la séance de vote à l'ARP: Habib Essid au centre de la scène

Publication: Mis à jour:
HABIB ESSID
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Moins de quarante-huit heures de son passage à l’Assemblée des représentants du peuple, Habib Essid s’accapare la scène politique et médiatique. Répondant aux angoisses exprimées par quelques analystes de voir la Tunisie sans chef au niveau de son pouvoir exécutif, le chef du gouvernement a assuré, par une déclaration faite par le porte-parole du gouvernement, Khaled Chaouket, que son gouvernement continuera à travailler jusqu’à la formation du prochain gouvernement. Chaouket en a profité pour appeler les députés à évaluer objectivement le gouvernement samedi prochain.

Fraîchement élu au poste de secrétaire-général du mouvement d’Ennahdha, le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Zied Laâdhari, a assuré, dans une déclaration accordée à la radio Express FM, qu’il ne voyait aucun inconvénient à ce qu’Habib Essid soit remplacé par un membre d'Ennahdha. Pour Laâdhari, cumuler la fonction de secrétaire-général du mouvement et celle de chef du gouvernement ne lui poserait aucun problème vu que cela a été le cas avec Hamadi Jebali ou encore Ali Laârayedh.

Répondant à ces déclarations, Ennahdha s’est dépêché de publier un communiqué où il explique que ses positions officielles ne peuvent être rendues publiques que par le chef du mouvement ou son porte-parole officiel. Et d’ajouter que jusqu’à présent, les négociations concernant le successeur d’Habib Essid n’ont pas encore débuté.

De son côté, lors d’une conférence de presse tenue ce matin à Tunis, le parti Afek Tounes a annoncé que son bloc parlementaire ne votera pas le renouvellement de confiance à la faveur d’Habib Essid samedi prochain. Selon le communiqué officiel du parti, cette décision représente une suite logique de son adhésion à l’accord de Carthage.

Toutefois, la déclaration ayant suscité le plus de polémique a été celle du ministre du Commerce et dirigeant au sein de l’Union patriotique libre (UPL), Mohsen Hssan, qui a expliqué, lors d’une déclaration accordée à la radio Mosaïque FM que ‘le retrait de confiance au gouvernement ne veut pas forcément dire que l’on souhaite retirer la confiance à ses membres’. Plusieurs ont traduit cette déclaration par la volonté de Hssan de se maintenir à son poste. C’est le cas du secrétaire-général du Mouvement Achaâb, Zouhaier Maghzaoui.

Rappelons que, depuis hier, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, est en train de recevoir, d’une manière informelle, quelques journalistes et patrons de presse. Ces rencontres ont pour objectif de clarifier la situation. Selon quelques informations fuitées, le chef de l’Etat serait en train de récolter les différents avis sur le profil idéal du prochain chef du gouvernement.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.