Huffpost Maroc mg

Le chemin parcouru par Solar Impulse 2 qui a atterri à Abou Dhabi après un tour du monde sans précédent

Publication: Mis à jour:
Imprimer

CARTE - C'est une première dans l'histoire de l'aviation. Solar Impulse 2 a atterri mardi 26 juillet à Abou Dhabi, d'où cet avion capable de voler jour et nuit avec l'énergie solaire comme unique carburant avait décollé le 9 mars 2015. Après 42.000 kilomètres de voyage, l'avion vient de réaliser un tour du monde sans précédent, défi technologique autant qu'humain.

Piloté par le Suisse Bertrand Piccard, l'appareil a atterri à l'aéroport Al-Bateen, près de la capitale des Emirats arabes unis, après avoir survolé l'Arabie saoudite, Bahreïn ainsi que le Qatar. Il arrive du Caire, où il a attendu plus d'une semaine des conditions climatiques favorables.

Bertrand Piccard, 58 ans, et son compatriote André Borschberg, 63 ans, qui se sont relayés aux commandes du monoplace, doivent faire le point de leur expérience destinée à promouvoir l'usage des énergies renouvelables lors d'une conférence de presse organisée par les responsables de Masdar, la cité écologique en construction dans l'émirat pétrolier d'Abou Dhabi, et l'un des parrains du projet.


Pesant 1,5 tonne mais aussi large qu'un Boeing 747, le SI2 a volé à une vitesse moyenne d'environ 80 km/h grâce à des batteries qui emmagasinent l'énergie solaire captée par quelque 17.000 cellules photovoltaïques sur ses ailes.

LIRE AUSSI : À quoi servent les technologies du Solar Impulse 2 dans la vie de tous les jours

"J'ai lancé le projet @solarimpulse en 2003 pour transmettre le message que les technologies propres peuvent réaliser l'impossible", a rappelé Bertrand Piccard dans un tweet.

"Je veux démontrer l'importance des énergies propres et remettre les rêves et les émotions au cœur de l'aventure scientifique"


Il a réalisé son rêve. Mais il a mis du temps: la circonvolution, à plus de 8500 mètres d'altitude au maximum, aura duré plus d'un an et quatre mois. Elle était prévue au départ pour durer cinq mois, dont 25 jours de vol effectif.

En plus d'une performance technologique, le tour du monde de Solar Impulse 2 est un exploit humain. Les deux Suisses ont piloté à tous de rôle dans un cockpit de 3,8 m2 sans air conditionné ni chauffage, mais équipé de bouteilles d'oxygène pour permettre aux pilotes de respirer et d'un coin toilettes.

La cabine est recouverte d'une mousse isolante pour atténuer les températures extrêmes en vol, entre +40 et -40 degrés Celsius.

"Très bientôt, il y aura des passagers sur des avions électriques qui seront rechargés sur le sol", a pronostiqué M. Piccard, estimant toutefois qu'il faudra attendre avant de voir des passagers sur des avions solaires.

LIRE AUSSI: Solar Impulse 2 pourrait faire escale au Maroc lors de son premier tour du monde

Suggérer une correction