Huffpost Algeria mg

Décès de Mohamed Khan, un des plus grands cinéastes égyptiens

Publication: Mis à jour:
MOHAMED KHAN CINEMA
DOHA, QATAR - OCTOBER 30: Director Mohamed Khan attends the 'Cairo Time' screening at the Museum of Islamic Art during the 2009 Doha Tribeca Film Festival on October 30, 2009 in Doha, Qatar. (Photo by Michael Buckner/Getty Images for Doha Tribeca Film Festival) | Michael Buckner via Getty Images
Imprimer

Mohamed Khan, un des plus grands cinéastes égyptiens est décédé ce mardi 26 juillet à l'âge de 74 ans dans un hôpital du Caire, des suites d'une "détérioration subite de son état de santé", ont annoncé les médias égyptiens.

Auteur d'une carrière prolifique marquée par des films socialement engagés, Mohamed Khan, fervent défenseur de la cause féminine et célèbre pour ses films abordant des questions de société, est considéré par les critiques comme l'un des fondateurs du cinéma réaliste égyptien.

Apportant sa grande contribution à poser un regard nouveau sur la ville dans le cinéma, Mohammad Khan a mis son savoir faire au service des personnes démunies et des laissés-pour-compte qui évoluent en marge de la société, dans les rues du Caire.

Dans "Zawjat rajul muhimm" (l'épouse d'un homme important, 1987) Mohamed Khan dévoilait la psychologie maladive d'un officier de police, enivré par le pouvoir et engagé dans la répression contre l'opposition politique. Un film sélectionné en 2013 par le Festival international du film de Dubaï pour sa liste des 100 meilleurs films arabes.

Autre film à succès dans la carrière du réalisateur, "La fille de l'usine", chronique de la vie d'une jeune ouvrière en butte au sexisme, interprétée par l'Egyptienne Yasmine Raees.

Né en 1942 au Caire, Mohammad Khan a étudié le cinéma, à la "London Film School" en Angleterre, avant de devenir un réalisateur marquant de la nouvelle vague de cinéastes égyptiens des années 1980.

M. Khan était marié à la scénariste Wessam Souleiman, avec qui il collaborait pour l'écriture de ses films. Sa fille Nadine est également une jeune réalisatrice remarquée pour son premier long métrage.

L'un des plus célèbres réalisateurs d'Egypte, poids lourd du cinéma dans le monde arabe, n'a toutefois obtenu la nationalité égyptienne qu'en 2014, à la suite d'un décret présidentiel.

Le cinéaste a également réalisé entre autres films, "Mawâïd ala ashaa" (rendez-vous à un dîner, 1981), "Ta'er 'ala el tariq" (un oiseau sur la route, 1982), "Awdat muwâtin" (le retour d'un citoyen, 1986), "Ahlam Hind we Kamilia" (les rêves de Hind et Camelia, 1988), "Ayam Sadat" (les jours de Sadate, 2001) et "Shokkat Masr Elgadida" (l'appartement d'Héliopolis, 2007).

Mohamed Khan est également auteur de deux ouvrages : "Introduction au cinéma égyptien" et "Approche du cinéma tchécoslovaque".