Huffpost Maroc mg

Sénégal, Kenya, Nigéria, Bénin... Les détails sur les 13 nouvelles filiales de l'OCP en Afrique

Publication: Mis à jour:
MUSTAPHA TERRAB
ICONODOC
Imprimer

PHOSPHATES - L’Office chérifien des phosphates (OCP) ne se met pas seulement au diapason du positionnement du Maroc en Afrique, il est désormais un acteur majeur de la stratégie africaine du Maroc. La création de 13 filiales africaines du géant marocain des phosphates, approuvées par le Conseil d'administration de l'entreprise marocaine le 10 mars dernier, vient d'être publiée au dernier Bulletin officiel.

bulletin officiel

Il s'agit de décrets portant création des sociétés OCP Côte d'Ivoire, OCP Sénégal, OCP Cameroun, OCP Bénin, OCP République démocratique Congo, OCP Angola, OCP Tanzanie, OCP Zambie, OCP Zimbabwe, OCP Mozambique, OCP Kenya, OCP Ghana et OCP Ethiopie.

Chacune de ses sociétés sera dotée d'un capital d'un million de dirhams, et sera majoritairement détenue par OCP Africa, la filiale africaine du groupe OCP, dédiée à la transformation agricole en Afrique.

Le but est d'"élargir le réseau OCP, de faire une entrée dans le marché africain prometteur, d'améliorer le positionnement de l'OCP dans le continent et, aussi, de développer les relations avec les différents pays africains", lit-on dans le Bulletin officielle. La dernière raison invoquée confirme le rôle de l’Office chérifien des phosphates dans la diplomatie du royaume, notamment en Afrique.

Le dernier Bulletin officiel comporte également un décret portant création d'un usine de fertilisants au Nigéria qui portera le nom d'OCP Africa Fertilizer Nigéria, qui sera elle aussi détenue par OCP Africa à 99,9%. Pour rappel, le ministre délégué aux Affaires étrangères Nasser Bourita et le patron de la Direction générale de la documentation et des études (DGED), Yassine Mansouri, avaient été reçu le 14 juillet par le président nigérian Muhammadu Buhari à Abuja. Les deux émissaires marocains avaient alors annoncé la volonté de l'OCP de lancer une usine de produits fertilisants au Nigéria. Décision qui a été favorablement accueillie par le président nigérian.

OCP Africa, une filiale pour le continent

En février dernier, le groupe OCP avait annoncé la création de sa filiale OCP Africa, dédiée au développement des activités du groupe en Afrique, et annonçait que pour soutenir son développement local, OCP Africa ouvrira une quinzaine de filiales sur le continent dès l’année 2016. Tarik Choho, l'un des quatre co-directeurs de l'Office chérifien des phosphates, débauché en 2015 du français Areva, avait alors été nommé directeur général de l'OCP Africa, bras armé de l'OCP dans le continent.

L'office dirigé par Mostafa Terrab avait également inauguré, à la même date à Jorf Lasfar, un complexe d'engrais de 5,3 milliards de dirhams dénommé "Africa fertilizer complex", destiné aux marchés africains.

La création d'OCP Africa intervient aussi pour développer la présence d'OCP en Afrique, et pour booster le chiffre d'affaires de l'OCP sur le marché continental. Selon les chiffres de 2015, le marché africain a pesé pour 24% dans les exportations d'engrais.

Dans son expansion en Afrique, le groupe marocain peut compter sur le soutien de la Banque africaine de développement (BAD). Son président, le Nigérian Akinwumi Ayodeji Adesina, s’est engagé à accompagner les différentes initiatives de l'OCP en faveur du continent africain, comme l'a annoncé l'Office chérifien des phosphates dans un communiqué diffusé dimanche 24 juillet.

Détenu à 95% par l'Etat marocain, le groupe OCP a réalisé au premier trimestre de 2016 un chiffre d'affaires de 10,33 milliards de dirhams, contre 10,91 milliards de dirhams une année auparavant.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction