Huffpost Maroc mg

Hassad et Boussaid prennent la défense du wali de Rabat

Publication: Mis à jour:
WALI RABAT
MAP
Imprimer

POLÉMIQUE - Moins d'un jour après la révélation, par des sites d'information arabophones, de l'achat par le wali de la région Rabat-Salé-Kénitra Abdelouafi Laftit d'une parcelle de terre de 4.000 mètres carrés à 350 dirhams le mètre carré, les ministères de l'Intérieur et de l'Economie et des finances ont publié un communiqué de clarification.

Dans le communiqué conjoint des ministres de l'Intérieur et de l'Economie, on apprend que la parcelle "fait partie d'un lotissement destiné aux fonctionnaires et aux commis de l'Etat depuis le règne de feu Hassan II". Le prix ainsi que les conditions d’acquisition de "ces parcelles du domaine public sont fixés avec précision par un décret du premier ministre du 26 décembre 1995", poursuit le communiqué.

Sans les nommer, les deux ministres accusent "un parti politique" (le Parti de la justice et du développement en l'occurrence) et des "médias qui lui sont proches" d'avoir mené "une campagne de diffamation visant le wali de Rabat-Salé-Kénitra". Or, l'affaire a été rendue publique par le site d'information Lakome2.com, bien éloigné du PJD.

Poursuivant dans la même lancée, le communiqué ajoute qu'il "devient clair, si besoin est, qu'il s'agit d'une campagne électorale prématurée visant à engranger des gains électoralistes étriqués sous prétexte de mettre en œuvre les règles de la bonne gouvernance et éviter l'incompatibilité entre les intérêts personnels et les responsabilités publiques."

"Le prix et les conditions d’acquisition de ces parcelles du domaine public sont fixés avec précision par un décret du premier ministre du 26 décembre 1995 et il aurait été plus correct, de la part des personnes qui ont lancé cette campagne, de demander l’amendement de ce texte au lieu de diffamer un haut-responsable", ajoute le communiqué conjoint. Et de rappeler, dans une pique clairement adressée au Chef du gouvernement, que "l’amendement d’un décret ne peut s’opérer qu’à travers un autre décret selon la règle juridique".

LIRE AUSSI: