Huffpost Algeria mg

Japon: 19 morts dans l'attaque au couteau d'un centre pour handicapés

Publication: Mis à jour:
TOKYO
Police officers stand guard near the Tsukui Yamayuri En care centre where a knife-wielding man went on a rampage in the city of Sagamihara, Kanagawa prefecture, some 50 kms (30 miles) west of Tokyo on July 26, 2016.At least 19 people were killed when the man went on a rampage at the care centre for the mentally disabled in Japan early on July 26, a fire official said. / AFP / TOSHIFUMI KITAMURA (Photo credit should read TOSHIFUMI KITAMURA/AFP/Getty Images) | TOSHIFUMI KITAMURA via Getty Images
Imprimer

Dix-neuf personnes ont été tuées et 25 blessées lors d'une attaque au couteau dans un centre pour handicapés mentaux au Japon, perpétrée aux premières heures mardi par un ancien employé.

"Les médecins ont confirmé la mort de 19 personnes", a déclaré à l'AFP un porte-parole du département des pompiers. Parmi les blessés, 20 sont gravement touchés, a-t-il précisé.

La police avait fait état un peu plus tôt de plus de 10 morts.

Un homme âgé d'une vingtaine d'années s'est rendu à la police après 03H00 mardi (18H00 GMT lundi), disant être l'auteur de la tuerie, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police de la préfecture de Kanagawa, dans la région de Tokyo.

"Nous sommes en train d'essayer de déterminer les détails de l'affaire", a ajouté le porte-parole.

La police avait auparavant reçu un appel du centre les alertant de l'agression, qui s'est déroulée à Sagamihara, une ville de plus de 700.000 habitants située à une cinquantaine de kilomètres de Tokyo.

Le meurtrier présumé, identifié comme Satoshi Uematsu, 26 ans, a affirmé être un ancien employé, selon l'agence de presse Kyodo.

Il aurait dit à la police: "Les handicapés devraient tous disparaître", selon des propos cités par le quotidien Asahi.

Plusieurs couteaux

D'après la chaîne de télévision publique NHK, l'homme est entré dans le bâtiment en brisant une vitre. La police a trouvé "plusieurs" couteaux dans son sac, donc certains recouverts de sang.

"J'ai entendu les nouvelles à la radio et je me suis précipité ici, mais je ne peux pas entrer", a déclaré le père d'un enfant pris en charge par le centre, interrogé par la NHK.

Environ 160 personnes sont hébergées dans cette installation, d'après les autorités préfectorales, qui devraient s'adresser à la presse dans la matinée.

Les tueries de masse sont rares au Japon, qui dispose d'une législation de contrôle des armes très stricte et d'un taux de criminalité relativement faible. Mais des déchaînements de violence aveugle et coups de folie meurtrière endeuillent occasionnellement l'archipel.

En juin 2008, un homme de 28 ans, armé d'un couteau et au volant d'un camion, avait semé la panique dans le quartier électronique d'Akihabara à Tokyo, écrasant des piétons avant de poignarder des passants au hasard dans la foule avec une lame à double tranchant. Sept personnes avaient été tuées et 10 blessées. Le meurtrier a été condamné à la peine capitale.

Quelques années plus tôt, en juin 2001, un homme avait pénétré dans une école primaire d'Ikeda, une banlieue cossue d'Osaka, où il avait poignardé à mort huit enfants.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.