Huffpost Algeria mg

Véhicules: L'Etat a fait baisser les importations de 67% au premier semestre 2016

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le gouvernement a réussi à faire baisser la facture d'importation des véhicules de 67% au premier semestre 2016, économisant ainsi 1,44 milliard de dollars (USD) dans le contexte d'un contre-choc pétrolier qui se poursuit et de la baisse des revenus de l'Algérie.

Les concessionnaires ont importé pour 691 millions USD durant les six premiers mois de cette année, contre 2,13 milliards durant la même période de 2015, selon les chiffres des douanes algériennes rapportés dimanche 24 juillet par l'agence APS.

Malgré cette importante baisse, le balance commerciale de l'Algérie a affiché un déficit de 10,83 milliards USD sur la même période.

Les véhicules ont longtemps représenté le produit importé qui coûte le plus en termes de devises. Pour réduire cette facture, les autorités ont imposé des licences d'importation aux opérateurs ainsi qu'un quota annuel. En mai dernier, 40 licences ont été attribuées alors que 80 concessionnaires avaient postulé. Le contingent d'importation pour 2016, initialement fixé à 152 000 véhicules, a été réduit à 83 000 unités.

LIRE AUSSI: Le déficit commercial de l'Algérie en hausse au premier semestre 2016

Parallèlement à l'octroi des licences, le gouvernement a exigé des concessionnaires d'engager des investissements dans le secteur des véhicules et les filières industrielles annexes.

Le nombre de véhicules importés a ainsi atteint 47 484 entre début janvier et fin juin 2016, contre 180 082 au premier semestre 2015, soit une baisse de 73,63%, selon les chiffres du Centre national des statistiques des Douanes (CNIS).

La facture d'importation des parties et accessoires des véhicules automobiles a été de 198,1 millions USD contre 201,15 millions USD (-1,52%).

Le contingent des véhicules concerne ceux destinés au transport de dix personnes ou plus (chauffeur inclus), les véhicules de tourisme et autres véhicules automobiles principalement conçus pour le transport des personnes (y compris les voitures de type "break" et les voitures de course) et les véhicules dédiés au transport de marchandises.

Les engins tels que les camions et tracteurs que certains professionnels importent pour le fonctionnement de leur entreprise ne sont pas concernés par le dispositif des licences.

Selon les prévisions du ministère du Commerce, la facture d'importation des véhicules ne dépassera pas un (1) milliard USD en 2016, contre 3,14 milliards USD (265.523 véhicules) en 2015 et 5,7 milliards de dollars en 2014 (417.913 unités).

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.