Huffpost Algeria mg

Béjaïa: plus de 300 hectares de végétation ravagés ces dernières 48 heures

Publication: Mis à jour:
COAPP91WIAAWSNI
Twitter/NassimKabyle
Imprimer

Plus de 300 hectares de végétation ont été ravagés ces dernières 48 heures dans les massifs forestiers de la wilaya de Bejaia, causés essentiellement par l’effet combiné de la sécheresse et des températures records, qui se sont abattues sur la région.

17 incendies ont du être déplorés aux quatre coins de la wilaya dont 11 demeurent toujours en ignition, notamment dans le massif de Gouraya aux alentours nord de la ville de Bejaia. Du jeudi à vendredi, 150 hectares d’espèces végétales diverses ont brûlés, menaçant un conglomérat de maisons implantées au pied de "Yemma Gouraya", la sainte de Bejaia.

"La priorité a été donné à la protection des populations", a souligné le conservateur des forêts, Ali Mahmaoudi indiquant toutefois que malgré la difficulté de l’intervention "aucun dommage ni victime, n’a été déploré".

Les secours ont eu fort à faire, a-t-il expliqué, en raison du relief accidenté du site et des vents violents qui soufflaient dessus, ajoutant que "le feu s’est rapidement propagé malgré la grande mobilisation des secours et des riverains venus nombreux prêter main forte".

Les feux faisaient encore rage, vendredi à midi, rendant l’air irrespirable dans toute la ville, qui à l’occasion s’est retrouvée recouverte d’un épais nuage de fumée et de cendre.

Cette difficulté des secours à intervenir a été relevée, également, dans plusieurs autres endroits victimes d’incendies, notamment dans la région orientale, à Darguina, ou occidental, à l’instar des massifs de Fenaia et de Taourirt Ighil (Adekar), ou plus de 150 hectares ont du partir en fumée.

Leurs positions en crête, la nature accidentée de leurs reliefs, leurs éloignement des sources d’eau, accablés par la chaleur et les vents tourbillonnant, ont rendu la lutte contre les incendies sans effets probants, dira M.Mahmoudi.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.