Huffpost Tunisie mg

Attaque de Munich: Béji Caïd Essebsi présente ses condoléances à la chancelière Angela Merkel

Publication: Mis à jour:
ESSEBSI
German chancellor Angela Merkel , right, and Tunisia's President Beji Caid Essebsi. wait prior to a working session at the G-7 summit at Schloss Elmau hotel near Garmisch-Partenkirchen, southern Germany, Monday June 8, 2015. (Sven Hoppe/Pool Photo via AP) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

La présidence de l’Etat a annoncé, via un communiqué rendu public samedi 23 juillet 2016, que le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a présenté ses condoléances à son homologue allemand, Joachim Gauck, ainsi qu’à la chancelière, Angela Merkel, après l’attaque qui a eu lieu vendredi 22 juillet à Munich.

Béji Caïd Essebsi a dénoncé cette attaque barbare qui a coûté la vie à des innocents réaffirmant par ailleurs le soutien de la Tunisie pour l’Allemagne dans sa lutte contre l’extrémisme et la violence.

Il est à noter que l'attaque à Munich a causé 9 morts et 21 blessés, dont trois grièvement atteints.

Samedi à la mi-journée, après une perquisition dans la chambre occupée par le jeune homme, la police allemande a indiqué pencher pour la piste d'un "forcené" et affirmé n'avoir trouvé aucun lien avec le groupe jihadiste Etat islamique. "Nous avons trouvé des éléments montrant qu'il se préoccupait des questions liés aux forcenés" auteurs de tueries, notamment des livres et des articles de journaux, a déclaré le chef de la police de Munich. Les enquêteurs ont établi un lien "évident" entre la fusillade et le tueur norvégien Anders Behring Breivik, a ajouté Hubertus Andrâ alors que la tuerie munichoise a été commise cinq ans jour pour jour après le massacre de 77 personnes par l'extrémiste de droite Breivik.

LIRE AUSSI:Fusillade de Munich : ce que l'on sait

Le tueur, né à Munich et qui fréquentait une école de la ville, a ouvert le feu sur des passants à proximité et dans le centre commercial. Après avoir tué les neuf personnes, de jeunes gens pour la plupart, et blessé 16 autres, il s'est donné la mort. Selon la police, il a probablement tendu un piège à un certain nombre des victimes en "piratant" un compte Facebook, afin de les attirer sur les lieux de la tuerie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.