Huffpost Tunisie mg

Tunisie: Plus d'éclaircissements dans l'affaire de viol d'enfants tunisiens

Publication: Mis à jour:
CHILDREN
In this Monday, May 16, 2016 photo, A Syrian refugee child leaves a commercial space that a family has rented to live in, in the city of Gaziantep, southeastern Turkey. The family is one of thousands of refugees living in Turkey using a debit card, provided by the World Food Program, to partially take care of their groceries. Turkey, host to the largest refugee population in the world, including 2.7 million Syrians, is on the front line of the crisis. (AP Photo/Lefteris Pitarakis) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

JUSTICE- Le ministère de la Justice a présenté toutes les informations en sa possession au sujet de l’affaire du viol de 41 enfants tunisiens par un Français, jugé en juin dernier en France, a affirmé le ministre de la Justice, Omar Mansour, au cours d’une plénière à l’Assemblée des représentants du peuple.

En réponse à une question de la députée Bochra Belhaj Hamida (Groupe al-Horra), le ministre de la Justice a indiqué que l’affaire est actuellement suivie par le juge d’instruction du Tribunal de première instance concerné.

Il a, toutefois, précisé qu’il y a des détails qui ne doivent pas être révélés pour ne pas nuire au bon déroulement de l’enquête.

Il a, en outre, relevé que le ministère de la Justice a ouvert une enquête pour déterminer les causes du manquement commis par le juge d’instruction en charge de l’affaire au niveau de l’exécution de la commission rogatoire.

Le ministre a, d’autre part, affirmé que le traitement de l’affaire en question est “très délicat vu qu’elle touche à la réputation de certaines personnes ayant refait leur vie et refusant de se prononcer sur l’affaire”.

Le viol de 41 enfants tunisiens par un français remonte à la période allant de 2002 à 2011, avait annoncé le ministre de la Justice, le 1er juillet, lors d’une séance d’audition devant la commission parlementaire chargée de la femme, de la famille et de l’enfance. Les autorités françaises avaient entamé les investigations depuis 2012 et ont adressé à la justice tunisienne une commission rogatoire internationale datant du 10 novembre 2014, avait-il dit.

Le complice tunisien qui a aidé le coupable est toujours en cavale.

Cette affaire avait provoqué une vague d’indignation en Tunisie et suscité de vives réactions de la société civile qui a dénoncé le mutisme des autorités tunisiennes autour de l’affaire.

L'affaire de viol d'enfants par un français avait provoqué une vague d’indignation en Tunisie et suscité des réactions virulentes de la part de la société civile. Une indignité face à crime atroce et face aussi à l'inaction des autorités tunisiennes dans cette affaire.

C'est le 28 juin que le ministre de la Justice Omar Mansour a ordonné au ministère public près le Tribunal de première instance de Sousse l’ouverture d’une information judiciaire sur le viol de 41 enfants tunisiens par un Français.

Le département de la Justice a jugé indispensable d’émettre une commission rogatoire française dans l’objectif de rendre justice aux ayants droit.

Quant au ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfance, il a publié un communiqué, le 28 juin pour exprimer son indignation, avançant que la protection des enfants des agressions sexuelles est une priorité pour le ministère et appelant les citoyens à les signaler auprès des délégués de l'enfance, présents dans toutes les régions.

Les jurés de la Cour d’assises des Yvelines (Paris) avaient condamné le Français Thierry Darantière, 52 ans, à 16 ans de prison pour avoir violé ou agressé sexuellement au moins 66 jeunes garçons dont 41 Tunisiens.

Les disques durs saisis chez lui renfermaient des milliers de photographies et des centaines de vidéos le mettant en scène avec des mineurs, lors de voyages en Tunisie (41 victimes), en Egypte (6) et au Sri Lanka (19), où il s’était rendu à de nombreuses reprises après le tsunami de 2004 sous couvert d’actions humanitaires.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.