Huffpost Algeria mg

Turquie: l'UE suit "de très près" l'application de l'état d'urgence

Publication: Mis à jour:
91CDAAC1DBDB50FADB4FA9C591513355E42F9418
AFP ADEM ALTAN
Imprimer

L'Union européenne a déclaré suivre "de très près et avec inquiétude" l'application de l'état d'urgence décrété en Turquie à la suite du coup d'Etat manqué du 15 juillet, après lequel Ankara a lancé une gigantesque purge.

Alors que la Turquie venait de vivre sa sa première journée en état d'urgence depuis 15 ans, la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, et le commissaire européen à l'Elargissement, Johannes Hahn, ont exprimé dans la soirée de jeudi la préoccupation de Bruxelles.

"Nous suivons les développements concernant l'état d'urgence que la Turquie a déclaré après la tentative de coup d'Etat, que l'UE a condamné, de très près et avec inquiétude", ont déclaré dans un communiqué commun les deux responsables européens.

L'entrée en vigueur de l'état d'urgence est survenue "dans la foulée des récentes décisions inacceptables concernant l'enseignement, la justice et les médias", ont-ils souligné.

L'UE appelle donc une nouvelle fois les autorités turques "à respecter en toutes circonstances l'état de droit, les droits de l'Homme et les libertés fondamentales, y compris le droit de chacun à un procès équitable".

L'appel de l'UE est intervenu alors que la vaste purge déclenchée par le président Recep Tayyip Erdogan après l'échec du coup d'Etat militaire contre lui continuait à plein régime, suscitant l'inquiétude dans plusieurs capitales occidentales. Berlin a encore appelé jeudi Ankara à respecter "la juste mesure des choses".

Près de 60.000 personnes, notamment des militaires, des juges ou des professeurs, ont été arrêtées, suspendues ou limogées, selon un comptage de l'AFP.

Jusqu'à présent, 10.410 personnes ont été placées en garde à vue et 4.060 ont été mises en détention, a indiqué M. Erdogan lors d'une brève allocution à Ankara dans les premières heures de vendredi.

L'état d'urgence n'a pas empêché les Turcs de descendre en masse dans la rue, à l'appel du président.

Munies de flambeaux et de drapeaux, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans la nuit de jeudi à vendredi sur le pont du Bosphore, qui relie les deux parties d'Istanbul, avec des pancartes proclamant "Nous veillons pour la patrie", a constaté une journaliste de l'AFP.

"J'appelle le peuple héroïque qui a réussi à mettre en échec le coup d'Etat militaire à poursuivre la veille pour la démocratie sur les places publiques jusqu'à ce que notre pays soit définitivement sorti de cette période difficile", a lancé M. Erdogan dans son allocution télévisée.

"Notre gouvernement et nos forces de sécurité poursuivent les opérations avec détermination et succès", a-t-il assuré.

Selon un bilan révisé communiqué par le gouvernement turc, le putsch a fait 265 morts parmi lesquels 24 mutins dans la nuit dramatique du 15 au 16 juillet.

L'état d'urgence a été instauré pour trois mois et prévoit notamment des restrictions aux libertés de manifester ou de circuler.

Traîtres terroristes

Sous l'état d'urgence, la Turquie va déroger à la Convention européenne des droits de l'homme, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Numan Kurtulmus.

Cet article reconnaît aux gouvernements, "dans des circonstances exceptionnelles", la faculté de déroger, "de manière temporaire, limitée et contrôlée", à certains droits et libertés garantis par la CEDH.

Cette dérogation prémunit donc la Turquie contre d'éventuelles condamnations de la CEDH alors que des purges sont en cours dans l'armée, la justice, la magistrature, les médias et l'enseignement.

Malgré les restrictions au droit de manifester prévues par l'état d'urgence, de nombreux Turcs ont reçu un texto de "R.T.Erdogan" les appelant à continuer de descendre dans la rue et à poursuivre "la résistance héroïque" contre les "traîtres terroristes".

Une expression faisant référence aux partisans du prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen, accusés d'avoir noyauté l'Etat et fomenté le putsch.

Un porte-parole du parti AKP au pouvoir, Yasin Aktay, a qualifié jeudi soir le puissant réseau d'écoles, entreprises et ONG du prédicateur septuagénaire de "structure clandestine et ésotérique (...) qui retourne les fils contre leur père".

Ankara demande à la justice américaine de lui remettre M. Gülen, affirmant avoir transmis à Washington des preuves de son implication, qui n'ont toujours pas été rendues publiques.

Humiliés et brutalisés

Lors de son allocution de vendredi, M. Erdogan a proclamé le 15 juillet "jour de commémoration des martyrs" tombés lors du putsch avorté.

"Les générations à venir n'oublieront jamais tous les civils, policiers et soldats héros de la résistance démocratique du 15 juillet", a-t-il déclaré.

Traitement diamétralement opposé pour les putschistes présumés: des figures emblématiques de l'armée arrêtées sont désormais présentées comme des traîtres, exhibées devant les médias d'Etat, humiliées et probablement brutalisées.

Mais Ankara assure toujours ignorer qui a été sur le terrain le grand organisateur du coup d'Etat. "On ne sait pas. Ce n'est pas clair", a dit M. Kurtulmus à des journalistes étrangers. "Il y a tant de noms dans les dossiers, tant de personnes de niveau moyen et élevé".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.