Huffpost Maroc mg

Les professionnels du ciment espèrent une reprise du secteur

Publication: Mis à jour:
BTP
Les professionnels du ciment espèrent une reprise du secteur | DR
Imprimer

BTP - Après avoir été impactés par une baisse de 0,3% l’an dernier, les ventes de ciment ont connu une hausse de 4% pour les cinq premiers mois de l’année 2016, selon les chiffres de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) dévoilés dans sa note de conjoncture du mois de juillet 2016.

Contacté par le HuffPost Maroc, David Toledano, président de la Fédération nationale des matériaux de construction (FNMC), explique notamment cette progression par les travaux de réfection entrepris sur leurs maisons par des Marocains ou personnes venant de l’étranger durant cette période, mais aussi par les promoteurs qui accélèrent souvent leurs projets en prévision de la saison estivale.

Des prévisions encourageantes mais à tempérer

Les prévisions des industriels tablent pour les mois de juin, juillet et août sur une augmentation de la production et des ventes aussi bien locales qu’étrangères, dans l’ensemble des branches d’activité à l’exception du secteur électrique-électronique, note la DEPF dans son rapport.

M. David Toledano tempère pourtant cet optimisme des industriels. Il explique que la production a connu une chute de 10% au mois de juin par rapport à la même période une année plus tôt, et une hausse de 1,6% en taux cumulé.

De là à dire que le secteur est en crise? Non, répond Mehdi Chaïbi, président de l'Association professionnelle des cimentiers et PDG de Ciments du Maroc. Pour lui, les chiffres ne sont pas en baisse mais stagnent.

Une stagnation qu’explique David Toledano par les mises en œuvre ralenties et par le contexte de l’année électorale. “Le besoin est encore existant mais les acteurs de la crise essayent de maîtriser leur bilan, les grands groupes mettent de l’ordre dans leurs affaires. Les promoteurs et les banques se veulent donc prudents pour pouvoir rebondir“.

Comment les professionnels voient l’avenir?

“Nous sommes liés aux prévisions économiques. Si elles sont maussades, cela aura un impact sur le secteur. Il nous faut donc des taux de croissance élevés pour pouvoir aller de l’avant. Or c’est le secteur du logement qui consomme. Les promoteurs sont frileux et ils préfèrent liquider leurs stocks plutôt que construire“, confesse Mehdi Chaïbi.

Le contexte de l’année électorale pourrait également booster le secteur. Pour David Toledano, "à la fin de leur mandat, certains élus accélèrent la réalisation des projets promis car ils ont le reste du budget pour le faire mais aussi pour laisser un bon bilan derrière eux".

Notre interlocuteur est optimiste quant à l’avenir du secteur. "Les mois de juillet et août sont généralement de bons mois pour le secteur. Nous espérons qu’une fois que les choses seront maîtrisées [bilans des acteurs et des grands groupes], le secteur devrait renouer avec la croissance“.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction