Huffpost Maroc mg

#Zero_ grissage, une nouvelle campagne de mobilisation contre les agressions au Maroc

Publication: Mis à jour:
ZERO GRISSAGE
#Zero_ grissage, une nouvelle aompagne de mobilisation contre les agressions au Maroc | DR
Imprimer

CRIMINALITÉ - Un peu plus de deux ans après la mobilisation de plusieurs internautes sur les réseaux sociaux contre le phénomène "tcharmil" et les nombreuses agressions qui avaient eu lieu au niveau de différentes villes marocaines en 2014, voilà qu'aujourd'hui une nouvelle campagne de mobilisation voit le jour pour appeler à lutter contre l'insécurité.

Sous le hashtag #Zéro_grissage (en référence à la campagne #ZéroMika contre les sacs plastique), grissage voulant dire "agression physique" en darija, les internautes font appel non seulement aux autorités mais au roi Mohammed VI en personne, à travers des lettres ouvertes. De nombreuses pages Facebook ont également été créées dans ce sens.

Cette campagne fait suite à de nombreuses agressions survenues ces derniers jours au niveau des plages marocaines, notamment celles de Salé et Mohammedia où des baigneurs ont été attaqués au sabre. Ces incidents ont déclenché de vives réactions et un sentiment d'insécurité chez la population.

Une pétition a également été lancée sur le site Avaaz depuis mercredi 20 juillet. Elle a été signé plus de 7.000 fois et partagée près de 4.000 fois sur Facebook et 300 fois sur Twitter, 24 heures seulement après sa mise en ligne.

"Les Marocains en ont assez des agressions et de l'insécurité. C'est à nous, jeunesse du Maroc, de prendre en main notre destin et de mettre un terme à cette situation pitoyable", expliquent les signataires de la pétition, qui réclament le renforcement de la sécurité et la présence des forces de l'ordre dans les rues ainsi que l'annulation de la grâce royale dans les prisons.

Au premier trimestre de 2016, les services de la DGSN ont enregistré 140.465 affaires criminelles. Les crimes associés à la violence représentent environ 10% du taux général de criminalité.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Le phénomène de "Tcharmil" au Maroc
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction