Huffpost Tunisie mg

Tunisie: Quand circuler avec un étranger risque de te conduire au poste de police

Publication: Mis à jour:
BOYFRIEND
Getty Images/iStockphoto
Imprimer

SOCIÉTÉ- Un post Facebook d'une internaute relate l'histoire d'une Tunisienne qui a subi un harcèlement policier parce qu'elle circulait avec un ami étranger. Une histoire qui a fait ressurgir publiquement cette problématique, connue par le avocats, comme le confirme Bassem Trifi, avocat, contacté par le HuffPost Tunisie.

En effet, dans la publication Facebook en question, l'internaute a interpellé la députée Bochra Belhaj Hmida et la présidente de l'association tunisienne des Femmes Démocrates ( ATFD), Monia Ben Jémia. Elle les a invitées à réagir quant au récit fait d'une mésaventure vécue par une de ses connaissances qui, lors d'une sortie avec un copain étranger, se fait contrôler par les policiers. Celle-ci est, ensuite, menacée par ces derniers d'entre eux, accusée de prostitution. Le "chef d'inculpation", toujours selon les policiers: "racolage d'un étranger" ("Mourawadet Ajnabi").

Le sac de la fille en question a été ensuite fouillé "à la recherche de préservatifs (...) Le préservatif est pour un flic, une pièce à conviction de nature à justifier d'accusation de prostitution", a ajouté l'internaute qui a souhaité ne pas révéler son identité.

LIRE AUSSI: Tunisie: Abus, excès de zèle des policiers... la police tunisienne est-elle une police des mœurs?

Pour l'avocat Bassem Trifi, ce type d' incidents est connu, comme tant d'autres de la même nature. "C'est une pratique courante chez les policiers", ajoute-t-il.

Que dit la loi?

Il n'y a pas de lois en Tunisie qui interdisent d'avoir des amis étrangers, ni de circuler avec eux, ni de se marier avec ( dans ce cas précis une circulaire datant de novembre 1973 controversée existe mais elle contredit la loi et la Constitution). Le comportement des policiers est clairement contraire à la loi, en l'occurrence il recèle une atteinte flagrante à la liberté de circulation, aux libertés individuelles et constitue un abus de pourvoir, du harcèlement et du détournement pour les personnes qui ont été conduites au poste de police", a-t-il expliqué.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Tunisie: La collection printemps-été 2016 des forces de sécurité
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction