Huffpost Algeria mg

Le départ de la RASD, membre fondateur de l'UA, ne peut être réclamé

Publication: Mis à jour:
WESTERN SAHARA
Sahrawis wave the Polisario Front's flag as they gather to pay their respect to Mohamed Abdelaziz, the leader of the Western Sahara's Polisario Front, during his funeral in the Algerian city of Tindouf, on June 3, 2016. The leader of the Western Sahara's Polisario Front, who died on Tuesday, will be buried on Saturday in a Polisario-controlled part of the former Spanish colony, an official told AFP. / AFP / Farouk Batiche (Photo credit should read FAROUK BATICHE/AFP/Getty Images) | FAROUK BATICHE via Getty Images
Imprimer

La République arabe sahraouie démocratique (RASD) est un membre fondateur de l'Union africaine (UA) et son départ de cette organisation ne peut être réclamé, a déclaré le Premier ministre Abdelmalek Sellal ce jeudi 21 juillet à Alger.

Dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie de clôture de la session de printemps 2016 du Parlement, M. Sellal a qualifié la demande de l'exclusion de la République sahraouie d'"insensée". "Il ne faut pas oublier que la RASD est un membre fondateur de l'organisation panafricaine", a-t-il fait rappelé.

Si le Maroc souhaite adhérer à l'UA "sans condition", l'Algérie "n'y voit aucun problème, mais il y a des procédures à suivre", a-t-il ajouté.

Rappelant que le retrait du Maroc a eu lieu de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) et non de l'Union africaine, M. Sellal a souligné qu'il est question-là d'"une nouvelle adhésion" à l'UA.

Le Premier ministre a réaffirmé, dans ce sens, que l'Algérie n'a pas de problème avec le peuple marocain ou avec le Maroc en général.

"S'il s'agit de rouvrir des dossiers inhérents aux domaines de coopération, nous sommes prêts" a-t-il déclaré, ajoutant que "pour le Sahara occidental, la position est dès le début claire et constante, nous sommes pour la solution onusienne et le respect de la légalité internationale".

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra a de son côté indiqué lors de la même cérémonie que "l'Algérie rejette les conditions de Rabat pour adhérer à l'Union Africaine".

Il a affirmé que le Maroc doit "se conformer à toutes les exigences contractuelles constitutives" pour adhérer à l'UA.

M. Lamamra, relayé par plusieurs médias, a qualifié de "déraisonnable" le fait que "Rabat remette en question l'appartenance d'un membre fondateur à l'Union africaine".

LIRE AUSSI: Le Maroc "doit respecter les termes de l'acte constitutif de l'UA" pour y adhérer

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.