Huffpost Maroc mg

Le retour du Maroc à l'Union africaine vu par la presse algérienne

Publication: Mis à jour:
LESJOURNAUX
Le retour du Maroc à l'Union africaine, une défaite diplomatique? | DR
Imprimer

AFRIQUE - Largement commentée, la demande de retour du Maroc à l’Union africaine (UA), 32 ans après avoir quitté l’organisation pour protester contre la reconnaissance de RASD, a également été le sujet de plusieurs articles et tribunes dans la presse algérienne.

Si, du côté marocain, la presse et les spécialistes se réjouissent de ce come-back, vantant l’apport que peut avoir le royaume au sein de l’organisation qui réunit l’ensemble des pays du continent, chez nos voisins algériens, le ton est à l’amertume, et le pas entamé par Mohammed VI vers ses voisins est perçu comme “un échec diplomatique du Maroc”.

Il y a d’abord El Watan. Connu pour ses positions indépendantes vis-à-vis du gouvernement algérien, le quotidien francophone dirigé par Omar Belhouchet a pourtant publié plusieurs papiers virulents à l’égard du Maroc. Le plus récent s’intitule “Songes et mensonges du Maroc” et évoque même un “complot mis au point pour évincer la République arabe sahraouie démocratique et la remplacer par le Maroc”.

El Watan accuse également “un discours purement mensonger” tenu par le Maroc à l’adresse de l’Algérie. Et pour cause, le quotidien pointe du doigt le fait que le royaume a assuré qu'il souhaitait regagner sa place au sein de l’organisation “sans condition préalable”.

Avant cet article publié ce 20 juillet, un autre balisait le terrain à cette attaque médiatique. Dans “La manoeuvre de Mohammed VI”, El Watan se demande ce “que veut le Maroc en cherchant à siéger au sein de la plus haute instance africaine, mais en posant de telles conditions, consistant pour l’Afrique de se déjuger et renier ses propres positions qui sont celles de la communauté internationale, et rien d’autre”. Pourtant, le Maroc n’a pas demandé de manière officielle à ce que la RASD se retire de l’UA.

"Une défaite diplomatique" selon la presse algérienne

Dans un troisième article dédié au retour du Maroc à l’Union africaine, le quotidien fondé en 1990 a choisi de consacrer une interview à l’ancien diplomate et ministre algérien Abdelaziz Rahabi. Pour celui-ci, le retour du Maroc à l’UA peut être considéré “comme une forme de reconnaissance tacite de la RASD”, un pas qui représente “une avancée diplomatique importante pour les Sahraouis et pour l’Union africaine”.

Pour le quotidien arabophone Echourouk, ce retour n’est pas positif pour le royaume. “Est-ce que le Maroc reviendra 32 ans en arrière en revenant à l’UA?”, s’interroge le quotidien. Car pour Echourouk, le retour du Maroc sans que ses voeux de retrait de la RASD ne soient exaucés est un échec en soi. Une position également défendue par le pure-player algérien TSA Algérie qui avance que cette demande “sonne, malgré la tentative marocaine de sauver la face, comme une défaite politique et diplomatique”.

Pourquoi donc? “Mohammed VI espère revenir dans une organisation qui remet en cause sa souveraineté sur le Sahara occidental, appelant explicitement à l’autodétermination du peuple sahraoui, et dont de nombreux membres reconnaissent pleinement la République arabe sahraouie démocratique”, estime le pure player francophone fondé en 2007.

En réalité, le retour du Maroc pourrait s’accompagner d’un retrait de la RASD. Et pour cause, 28 des 54 chefs d’Etats membres de l’Union africaine ont présenté lundi 18 juillet à Idriss Déby Itno, président tchadien à la tête de l’UA, une motion appuyant la demande de réintégration du Maroc, tout en réclamant la suspension de la RASD au sein de l’organisation. Parmi ces pays, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Gabon et la Guinée équatoriale, mais aussi la Zambie, qui a retiré en juin sa reconnaissance de la RASD.

Pourtant, le retrait de la RASD si le Maroc réintègre l’Union africaine ne sera pas automatique, comme le souligne Liberté Algérie dans son article “Le Maroc veut redevenir africain!”. Le site algérien estime que ce souhait “est loin de constituer une surprise en raison de la campagne diplomatique de préparation mise en branle par Rabat pour l’accompagner d’un maximum de soutien pour sa réussite”. Pour ce site d’information très lu chez nos voisins, le retour du Maroc à l’Union africaine est “un aveu d’échec de la politique suivie durant les quarante dernière décennies" par le royaume.

LIRE AUSSI:
Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée