Huffpost Tunisie mg

Après Marzouki, Mansar tire à boulet rouges sur la présidence: Caïd Essebsi protègerait les intérêts de son fils!

Publication: Mis à jour:
ADNENE MANSAR
Facebook/Adnene Mansar
Imprimer

Invité de la radio Mosaïque FM, l’ancien directeur du cabinet présidentiel, Adnen Mansar, est revenu sur l’annonce d’Habib Essid qui a déclaré avoir l’intention de se présenter devant l’Assemblée des représentants du peuple.

LIRE AUSSI:

Pour Mansar, et en choisissant d’aller vers le Parlement, Habib Essid a tenu à faire respecter le texte de la Constitution. Toutefois, le secrétaire-général d’Alirada a expliqué qu’à part une démission, tous les autres scénarios du départ d’Essid comprennent des complications constitutionnelles.

Insistant sur l’importance d’avouer son échec, Adnen Mansar a appelé les partis de la coalition au pouvoir à assumer leur responsabilité dans l’échec de ce gouvernement. Pour lui, "on ne peut éviter un nouvel échec qu’en présentant un réel bilan comprenant les erreurs faites tout au long du parcours".

Revenant sur l’initiative du président de la République Adnen Mansar a estimé que l’esprit consensuel dont parle la présidence de la République n’est qu’une illusion puisque ce consensus n’est appliqué qu’entre les partis qui sont déjà d’accord tandis que les partis de l’opposition sont exclus de tout dialogue.

Adnen Mansar s’est par la suite interrogé sur la façon de faire du président de la République qui "prétend être le président de tous les Tunisiens mais qui ne parle qu’au nom d’un seul parti et qui protège les intérêts de son propre fils".

Rappelons que l’ancien président provisoire de la République, Moncef Marzouki, avait attaqué, dans un post publié sur la page officiel d’Alirada, Béji Caïd Essebsi et avait même appelé à sa démission.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.