Huffpost Maroc mg

Le témoignage touchant de la famille de Fatima Charih, Marocaine décédée dans l'attentat de Nice (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TERRORISME - Cela devait être une soirée en famille comme les autres pour les Charih, et elle s'est terminée de la plus dramatique des manières. Jeudi 14 juillet, des milliers de personnes sont présentes sur la Promenade des Anglais à Nice après avoir assisté au feu d'artifice en ce jour de fête nationale française. En quelques instants, ce qui devait être un moment de joie bascule dans l'horreur.

Un tueur d'origine tunisienne, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, débarque sur l'avenue noire de monde au volant d'un camion. Il va répandre la mort sur deux kilomètres. Quatre-vingt quatre personnes sont tuées. Parmi elles, Fatima Charih. Cette Marocaine, mère de sept enfants, était installée à Nice depuis 32 ans. Dans un entretien à la chaîne France 3, ses proches sont revenus sur le déroulement de la soirée.

Ahmed, son mari, et Ali, son fils, l'avaient laissée seule quelques minutes le temps de pouvoir garer leur voiture. Lorsqu'ils sont retournés sur place, le drame avait déjà eu lieu: "Il y avait une dame qui lui faisait un massage cardiaque, je l'ai assistée en restant impuissant" raconte Ali. "Les pompiers sont venus prendre le relai et ont utilisé un défibrillateur. Ils ne demandaient que de répéter le massage cardiaque parce qu'ils ne trouvaient pas le pouls. Au bout de deux fois, trois fois, le pompier a dit que c'était fini". Face au corps mutilé de sa femme, Ahmed s'est évanoui.

Aujourd'hui, la famille exprime sa colère contre la revendication de l'organisation "État islamique" suite à cette attaque: "Ce ne sont pas des musulmans" explique Hanan, sa fille. "La première personne qu'ils ont fauchée est une musulmane. Ma mère était pratiquante, et le pratiquait correctement. Ils ne peuvent pas dire "État islamique", ce n'est pas vrai. Ils devraient changer de nom. Etat terroriste, état diabolique, mais pas du tout État islamique".

La famille doit maintenant organiser le rapatriement du corps de Fatima au Maroc ainsi que ses obsèques. Même si ses proches ne savent pas quand sa dépouille leur sera rendue.

En tout, quatre personnes de nationalité marocaine sont décédées lors de cette attaque. Parmi elles, un garçon de treize ans. A l'heure actuelle, 49 blessés sont toujours en urgence absolue, dont 29 en réanimation, et 18 avec un pronostic vital engagé.

LIRE AUSSI:
Close
Images des attaques de Nice du 14 juillet 2016
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée