Huffpost Maroc mg

Nabil Benabdellah: "Aujourd'hui, il est question de consolider une construction démocratique saine" (INTERVIEW)

Publication: Mis à jour:
NABIL BENABDELLAH
Nabil Benabdellah revient sur la migration de personnalités de la gauche vers le PPS (INTERVIEW) | DR
Imprimer

VIE PARTISANE - Dimanche 17 juillet, le Parti du progrès et du socialisme (PPS) a officiellement présenté l'ex-USFPéiste et ex-membre fondateur du Parti alternative démocratique Abdelali Doumou à la tête de sa liste des candidats à Kelâat Seraghna. Depuis quelques semaines déjà, le PPS draine nombre de personnalités de gauche, auparavant affiliées à d'autres partis politiques, s'attirant ainsi les critiques de ces formations, qui accusent le PPS de "puiser dans leurs réserves". Nabil Benabdellah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et ministre de l'Habitat, revient sur le sujet.

HuffPost Maroc: Nombre de personnalités de la gauche migrent vers le PPS. Qu'est-ce que cela représente pour vous?

Nabil Benabdellah: C'est la preuve que le PPS est un parti de plus en plus attractif, et qu'il représente un espoir au sein de la gauche, puisque nombre de personnalités de la gauche viennent vers nous. Le PPS y répond positivement, puisqu'il estime que cela provient d'actes réfléchis, pensés et mesurés de la part des concernés. Nous nous réjouissons de cela, et espérons que cela puisse contribuer à créer une véritable lame de fond qui permette au PPS de porter, de manière plus large, l'étendard des valeurs de la gauche lors des prochaines élections. Ce qu'il faut constater, c'est que le mouvement s'opère vers le PPS, et non pas du PPS vers les autres partis.

En tout cas, ce qu'il faut espérer, c'est de pouvoir créer un mouvement positif au sein de la gauche. Après, il faudra attendre les résultats des élections, mais une chose est certaine: le PPS se présente de plus en plus comme la force la plus crédible de la gauche marocaine.

À terme, pensez-vous que cela puisse amener les autres composantes de la gauche à revoir leur mode de fonctionnement, ou à envisager d'unir leurs forces?

Ceux qui décident de rejoindre le PPS considèrent que les partis auxquels ils appartenaient ne répondaient ni à leurs orientations, ni à leurs attentes. Ces individus considèrent aussi qu'il faut défendre un certain nombre de principes, dont l'autonomie de la décision politique, et se rendent compte que d'autres ont décidé d'hypothéquer cette autonomie de décision. C'est aussi pour cela qu'ils nous rejoignent.

Maintenant, je ne pense pas que l'on puisse s'attendre à ce que les forces politiques concernées aillent jusqu'à faire leur aggiornamento, et acceptent d'entrer dans une dynamique vertueuse et positive d'union. Je ne pense pas qu'il y ait suffisamment de maturité, aujourd'hui, au sein de ces autres forces politiques, pour que cela se réalise.

Y a-t-il des rencontres prévues avec l'Union socialiste des forces populaires (USFP)?

Nous avons essayé de contacter l'USFP, pour leur faire comprendre qu'aujourd'hui, le bon positionnement était avec le gouvernement actuel. Car aujourd'hui, il est question de partis qui souhaitent consolider une construction démocratique saine, et d'autres qui sont partisans d'une mainmise sur le champ politique, qui sont beaucoup plus orientés, ou moins autonomes dans leurs décisions. Malheureusement, l'USFP semble n'avoir pas écouté le point de vue que nous avons défendu. À partir de là, ils continuent de défendre, aujourd'hui, leur alliance actuelle.

LIRE AUSSI: