Huffpost Tunisie mg

La ministre de la Femme espère "35% de femmes actives à l'horizon 2020"

Publication: Mis à jour:
SAMIRA MERAI
Facebook/Samira Merai
Imprimer

L’association ATUGE au Féminin a organisé, vendredi 15 juillet sa deuxième soirée annuelle au restaurant The Cliff à Sidi Dhrif.

Plusieurs femmes du monde des affaires, du monde politique et des médias étaient présentes au diner, tout comme Samira Meraï, ministre de la femme assise à la même table que l’ex-ministre du commerce Najla Harrouch Moalla et le président de l’ATUGE Tunisie, Hatem Chebâane.

La ministre s’est dite honorée d’être invitée à ce prestigieux diner et s’est réjouie du passage de la loi contre la violence à l'égard des femmes à l’ARP "nous nous félicitons pour le passage de cette loi qui est une première, c’est très fort" a-t-elle déclaré.

"Nous voulons donner à toute femme la chance de réussir. Aujourd’hui le taux d’activité des femmes est de 27% soit en dessous de la moyenne, notre objectif est d’atteindre les 35% horizon 2020 et pour cela nous avons choisi l’entrepreneuriat féminin. Ce n’est pas facile mais c’est un challenge et j’ai confiance en la femme tunisienne" a-t-elle souligné.

Placé au sein d’un réseau reconnu, le Groupe ATUGE au féminin a pour objectif de donner de la visibilité à ses adhérentes dans un contexte où la participation féminine au niveau de l’expertise comme au niveau politique fait souvent défaut.

Le Groupe se veut également un réseau de solidarité au sein duquel les membres pourront échanger sur leurs expériences de carrière diversifiées, identifier des synergies professionnelles ou faciliter une mobilité géographique.

Au menu du diner, le thème de l’entrepreneuriat au féminin passé à la loupe via deux présentations: la première d’une étude nationale sur l’entrepreneuriat féminin animée par Karim Mejri, consultant chez NUMU Consulting, le cabinet qui a mené l’étude, la seconde par Amel Chaherli du ministère de la femme.

Des chiffres intéressants

Les deux présentations ont révélé des informations intéressantes sur l’entrepreneuriat féminin en Tunisie. On apprend par exemple que 2/3 des diplômés du supérieur sont des femmes sur un nombre total de 61.287 diplômés en Tunisie. Le taux de chômage des femmes diplômées est de 28%.

On apprend aussi que le taux d’activité des femmes est de 27%, ce qui est considéré comme "très bas" par rapport à quelques pays africains qui est aux alentours de 50%.

En matière d’entrepreneuriat, l’étude fait savoir que plus de 100.000 entreprises sont gérées par des femmes sur un total de 680.000 entreprises (physiques et morales).

Pour ce qui est des freins à l’entrepreneuriat, l’étude évoque en partie, des discriminations persistantes à l'égard des femmes au niveau du secteur bancaire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.