Huffpost Tunisie mg

Deux mois après son dixième congrès: Ennahdha commence à se restructurer

Publication: Mis à jour:
ENNAHDHA
Supporters of Tunisia's Islamist Ennahdha Party wave the national and party flags on May 20, 2016 during the opening of Ennahdha's three-day congress in Tunis.Thousands of people attended the opening ceremony of the congress -- the first since 2012 -- held at a sports complex in Rades, south of the capital Tunis, amid heavy police security. / AFP / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

A l’issue d’une réunion du conseil de la Choura, le mouvement d’Ennahdha s’est vu élire un nouveau secrétaire-général et trois vices présidents.

Par ailleurs, le chef du mouvement, Rached Ghannouchi, a annoncé, dans une déclaration rapportée par l’agence TAP, que le bureau exécutif d’Ennahdha est composé de vingt-cinq personnes dont six femmes. Selon Ghannouchi, le mouvement a choisi d’aller vers les jeunes et les femmes afin d’affirmer encore plus sa nouvelle ligne politique qui se base sur l’ouverture et le soutien aux jeunes et aux femmes.

Fraîchement élu président du Conseil de la Choura, Abdelkarim Harrouni a indiqué, dans une déclaration accordée à la radio Mosaïque FM, que le mouvement a entamé la révision du dossier politique et, surtout, celui qui est en rapport avec la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Après une série de discussions, le mouvement soumettra une politique générale à l’attention du chef du mouvement et de son bureau exécutif; ces derniers seront appelés à appliquer ladite politique.

Ces élections surviennent presque deux mois après la tenue du dixième congrès d’Ennahdha, le 20 mai dernier, au cours duquel le mouvement avait organisé ledit congrès en grandes pompes. Toutefois, les festivités et les démonstrations de force n’avaient réussi à camoufler les tiraillements existants au sein du mouvement. L’absence de quelques dirigeants phares du congrès, à l’instar de Samir Dilou ou encore d’Ameur Laârayedh, avait confirmé l’existence de ces divergences.

Le vice-président de l’Assemblée des représentants du peuple et vice-président d’Ennahdha, Abdelfattah Mourou, n’avait pas attendu la tenue du dixième congrès pour annoncer son désaccord avec la nouvelle politique du mouvement. Dès décembre 2015 que Mourou avait annoncé son intention de quitter et le mouvement et la vie politique pour se consacrer à la prédication.

Le fait que cette annonce ait été faite par le concerné tout juste après que Rached Ghannouchi avait déclaré qu’Ennahdha séparera le volet religieux du volet politique avait amené certains à considérer qu’il s’agissait d’un message d’objection implicite émis par Mourou contre la nouvelle ligne politique d’Ennahdha. Toutefois, le vice-président de l’ARP semble être revenu sur sa décision vu qu’il vient d’accepter sa nouvelle nomination.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.