Huffpost Maroc mg

L'armée turque décrète la suspension de la constitution

Publication: Mis à jour:
ARME
Twitter
Imprimer

INTERNATIONAL - L'armée turque a établi un "conseil de paix" pour diriger la Turquie, selon la télévision publique turque (TRT).

L'armée a annoncé vendredi soir avoir pris le contrôle du pouvoir et imposé un couvre-feu sur le territoire, selon un communiqué publié sur le site internet de l'état-major des forces armées (TSK).

L'armée, qui a décrété la suspension de la constitution en vigueur, a pris le contrôle des sites stratégiques à Istanbul, dés les premières heures de cette tentative de coup d'Etat, et des aéroports de l'ensemble du pays où les vols au départ et à l'arrivée ont été annulés.

Elle a aussi investi les sièges des médias pro gouvernement notamment les chaînes de télévision publiques TRT.

A Ankara où des véhicules des forces de sécurité encerclent le siège de la présidence, des affrontements sont en cours aux alentours de l’état-major, selon des témoins.

Des avions de l'armée ont survolé à basse altitude la capitale et une explosion s'est produite dans le centre de formation des forces d'élite de la police à Ankara provoquant un incendie.

Des véhicules militaires quadrillent l'aéroport Ataturk, le plus grand du pays, qui a été fermé tout comme l'ont été les deux ponts enjambant le détroit du Bosphore et liant les deux rives asiatiques et européennes d'Istanbul.

Le groupe de l'armée putschiste a dit avoir arrêté le chef de l'état-major des forces armées turques (TSK) général Hulusi Akar et a pris le contrôle de plusieurs sites stratégiques dans la mégapole stambouliote (aéroport et ponts) ainsi que le siège du parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir depuis 2002) à Istanbul.

L'agence de presse turque Anadolu a confirmé que le général Akar a été pris en otage.

Toutefois, les informations sont contradictoires, le Premier ministre turc Binali Yildirim a averti que les forces de sécurité ont été appelées pour "faire le nécessaire" contre ce qu'il a décrit comme des actions militaires "illégales par un groupe" au sein de l'armée.

Le président Erdogan a appelé, via l'application Skype, les turcs à descendre dans la rue pour défendre la démocratie, accusant le groupe "minoritaire" des putschistes d'être des proches du mouvement "Hizmet" (Service) de l'érudit Fethullah Gulen, qui vit en exil volontaire depuis 1999 aux USA.

Ce dernier est accusé par le pouvoir d'avoir constitué cette structure parallèle au sein de la police et de la justice pour manipuler une enquête sur présumée corruption en décembre 2013 ayant ciblé notamment le Premier ministre à l'époque et actuel chef de l'Etat Recep Tayyip Erdogan et son entourage et d'avoir tenté de renverser le gouvernement.

LIRE AUSSI: En Turquie, une tentative de coup d'Etat est en cours

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Coup d'État raté en Turquie (juillet 2016)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction