Huffpost Algeria mg

Attentat à Nice: vague de condamnations dans le monde

Publication: Mis à jour:
CONDAMNATIONS NICE
Des fleurs en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, déposées le 15 juillet 2016 devant l'ambassade de France à Berlin | AFP
Imprimer

L'attentat qui a fait au moins 84 morts jeudi soir à Nice, dans le sud de la France, a provoqué une vague d'indignation à travers le monde, et les messages de "solidarité" de nombreux dirigeants affluaient vendredi.

- Les dirigeants et représentants de 51 pays asiatiques et européens, réunis vendredi en Mongolie pour le 11e sommet Europe-Asie, ont condamné les récentes "attaques terroristes haineuses et lâches" ayant frappé le continent eurasiatique, notamment à Nice. "Nous réaffirmons notre engagement à joindre nos forces pour combattre la peste du terrorisme".

- "Nous sommes solidaires de la France, notre plus vieil allié, au moment où elle fait face à cette attaque", a déclaré Barack Obama. "En ce 14 juillet (fête nationale marquant la Révolution française de 1789), nous nous rappelons (...) les valeurs démocratiques qui ont fait de la France une inspiration pour le monde entier".

- "Nous avons encore vu que le terrorisme ignore absolument ce qu'est la morale humaine", s'est indigné Vladimir Poutine dans un télégramme adressé à François Hollande. "La victoire contre ce +mal monstrueux+ nécessite l'union des forces de l'humanité civilisée".

- Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon "a souligné la nécessité d'intensifier les efforts régionaux et internationaux pour combattre le terrorisme et l'extrémisme violent", dans un communiqué.

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont "condamné avec la plus grande fermeté l'attaque terroriste barbare et lâche" de Nice.

- "L'Allemagne est aux côtés de la France dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel. "Les mots suffisent à peine pour dire ce qui nous unit à nos amis français".

- "Réagir est un devoir moral", a écrit le chef du gouvernement italien Matteo Renzi. "Ne pas laisser seuls les Français est l'engagement de l'Italie (...). Les images qui arrivent de Nice étouffent les paroles dans la gorge, bloquent les doigts sur le clavier".

- Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a condamné un "attentat (...) dirigé contre des personnes innocentes et contre les valeurs fondamentales que défend l’Otan. Le terrorisme n’aura jamais raison de la démocratie, de la liberté et de nos sociétés ouvertes".

- "Une fois de plus, tant de rêves détruits, tant de plans de vie avortés, tant de biographies cassées", a déploré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. "On en est à se demander quand ça va s'arrêter".

- "Nos condamnons de la manière la plus absolue toute manifestation de folie +meurtrière+, de haine, de terrorisme et toute attaque contre la paix", a déclaré le porte-parole du Vatican dans un communiqué rédigé en français. Le Pape François a déploré la "violence aveugle" de l'attaque.

- "C'est un acte ignoble et nous le combattrons ensemble (...) Ses pays amis ont besoin d'une France forte", a déclaré le président tunisien Béji Caïd Essebsi sur l'attaque commise par un Franco-tunisien.

- En Afrique, deux pays récemment endeuillés par des attaques islamistes ont présenté leurs condoléances: "Nous sommes horrifiés et fortement choqués par les images qui nous parviennent de Nice", a déclaré le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, quand le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a lui exprimé "compassion" et "indignation".

- Pour le président turc, Recep Tayyip Erdogan, "cet acte barbare (...) démontre la nécessité d'une lutte déterminée et globale contre le terrorisme". "Les organisations terroristes ne font aucune distinction entre la Turquie, la France, la Belgique, l'Arabie Saoudite ou les Etats-Unis".

- La plus haute institution de l'islam sunnite en Egypte, Al-Azhar, a appelé à l'unité pour "débarrasser le monde du terrorisme", dont les attaques "abominables contredisent les enseignements de l'islam".

- L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte ont condamné l'attaque et assuré la France de leur soutien. Le terrorisme "ne connaît pas de frontières et détruit la vie d'innocents à travers le monde", a souligné le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

- Le chef de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a lui aussi condamné un "attentat terroriste lâche".

- "Comme nous l'avons dit dans le passé, le terrorisme est un fléau qui ne peut être déraciné sans une unité et une collaboration internationales", a souligné le ministère iranien des Affaires étrangères.

- Le président ukrainien, Petro Poroshenko, a dénoncé en français une "attaque terrible" sur Facebook. "Choqué. Le peuple ukrainien apporte son soutien aux familles des victimes et à tous les français."

- "L'action du terrorisme barbare est vouée à l'échec", a déclaré le ministère grec des Affaires étrangères. "Nous sommes certains qu'en dépit des extrémistes, la France, le phare des idées des Lumières, de la démocratie et de la liberté, continuera sans cesse d'éclairer l'Europe et le monde".

- Les réactions ont dépassé la sphère politique, le monde du sport multipliant les hommages aux victimes. Des clubs et sportifs espagnols ont ainsi fait part de leur tristesse, notamment Rafael Nadal ou le Real Madrid.

Les coureurs du Tour de France ont également partagé leur émotion sur les réseaux sociaux, comme le Néérlandais Bauke Mollema: "Je n'arrivais pas à dormir et maintenant je vois quelque chose de plus important que le Tour. Mes pensées vont aux habitants de Nice. Put... de monde fou".

Les golfeurs sur le British Open ont arboré des rubans noirs. Sur sa casquette, le Français Clément Sordet a écrit en anglais "PrierPourNice".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.