Huffpost Maroc mg

Le patrimoine financier des familles marocaines atteint 700 milliards de dirhams

Publication: Mis à jour:
ARGENTMAROC
Quel est le patrimoine financier des familles marocaines? | DR
Imprimer

PATRIMOINE - En 2015, le patrimoine financier des familles marocaines a atteint un nouveau seuil. Il s’élève désormais à 700 milliards de dirhams, indique Bank Al-Maghrib (BAM) dans son dernier rapport sur la stabilité financière au titre de l’exercice 2015, rendu public le 13 juillet.

Ce chiffre est en hausse de 7,1% par rapport à 2015, contre 6,8% en 2014, précise la banque centrale du pays qui explique que "la croissance du patrimoine financier des ménages s’est poursuivie tant au niveau des dépôts bancaires, des valeurs mobilières que des placements en assurance vie".

Selon le rapport, la répartition de ce patrimoine est demeurée stable au cours des trois dernières années avec une part de 82% de dépôts bancaires, pendant que les placements en valeurs mobilières et en assurance vie ont représenté 10% et 8% respectivement.

Les dépôts bancaires en hausse

"Le renforcement de ces avoirs se retrouve essentiellement au niveau des dépôts, qui ont maintenu un rythme de progression dynamique de 6,7% après 6,6% en 2014", explique BAM.

Selon ce dernier, les dépôts à vue (des sommes d’argents déposées sur un compte bancaire qui peuvent être retirées facilement par le déposant, ndlr) ont atteint un encours de 320 milliards de dirhams en 2015. Un chiffre en hausse de 7% par rapport à l’année dernière, représentant une part de 46% des avoirs financiers des ménages.

Pour ce qui est de leurs avoirs détenus auprès des banques sous forme de comptes d’épargne, ils continuent de représenter 24% de leurs dépôts avec un encours de 135 milliards de dirhams, "marquant une progression de l’ordre de 6,6%, en ralentissement par rapport à l’année dernière".

Les dépôts à terme (dépôt bancaire bloqué qui ne peut être retiré qu'à l'échéance d'une certaine date) se sont pour leur part maintenus à 19%, malgré un ralentissement de leur encours à 4,6% après 7,1% l’année précédente. Au total, ils représentaient 108 milliards de dirhams à fin 2015.

74 milliards dans l’immobilier

Toujours selon le même rapport, les placements des ménages en valeurs mobilières ont totalisé 74 milliards de dirhams à fin 2015, enregistrant une progression de 10,9% après 9,8% une année auparavant. Selon BAM, cette progression est essentiellement due à l’évolution des placements en titres de propriété qui ont augmenté de 12,8%, atteignant 65 milliards de dirhams. Le chiffre représente 88% du total des placements en immobilier, suivis par les titres de créances privés qui ont totalisé 9 milliards de dirhams, après 3 milliards de dirhams en 2014 (12% du total).

La part des placements en titres d’Etat a, elle, reculé à moins de 1%, alors que ceux effectués sous forme de contrat d’assurance vie ont progressé de 6,4% en 2015, après 6,1% en 2014.

Les ménages marocains étaient par ailleurs davantage endettés en 2015, en comparaison avec l’année précédente. Leur dette financière s’est accrue de 5,1% en 2015, contre 4,8% un an auparavant pour totaliser 297 milliards de dirhams.

"Le ratio de cette dette rapportée au PIB s’est établi à 30%, niveau quasi similaire à celui de l’année 2014. Comparé à d’autres économies, ce ratio est situé à un niveau plus élevé que celui des pays en développement et émergents, et demeure en deçà des niveaux observés dans les économies avancées", explique la banque centrale marocaine. Il est à noter qu’en moyenne les crédits à l’habitat constituent près de 64% de cette dette, contre 36% environ pour les crédits à la consommation.

bam

Analyse de l'endettement financier des ménages

"La tendance à la hausse du taux d’endettement des ménages étudiés se poursuit. En 2015, ce taux s’est établi à 31,1%, alors qu’il était de l’ordre de 30% au niveau de l’échantillon de 2014. La répartition des ménages bénéficiaires de crédit à la consommation est restée globalement stable.

La catégorie des fonctionnaires est celle qui a contracté le plus de crédit à la consommation, avec une part de près de 43% contre 43,5% pour l’échantillon de 2014. Leur charge d’endettement moyenne en 2015 s’élève à 32,5% contre près de 30% une année auparavant.

Les salariés occupent la deuxième position, constituant près de 36% de l’échantillon, avec un taux d’endettement représentant près de 31% de leur revenu contre 31,6% en 2014. Les retraités et les personnes exerçant une profession libérale constituent respectivement 14,2% et 6,9% de la population de l’échantillon. Ils supportent une charge d’endettement de l’ordre de 27,6% et de 30,1%".

LIRE AUSSI: