Huffpost Maroc mg

Au Maroc, plus de 94.000 appels en 4 mois pour dénoncer les infractions au code la route

Publication: Mis à jour:
BUS
Au Maroc, plus de 94.000 appels en 4 mois pour dénoncer les infractions au code la route | DR
Imprimer

CODE DE LA ROUTE - Pour dénoncer les infractions au code de la route au Maroc, impliquant les véhicules de transport commun et professionnel, le ministère chargé du Transport avait mis en place en mars dernier un numéro spécial : le 4646. Aujourd’hui, le département de Najib Boulif donne des chiffres concernant cette initiative, la première du genre lancée dans le pays.

Depuis son lancement le 2 mars dernier et jusqu’au 30 juin 2016, 94.845 appels ont été enregistrés par le centre d’appels dédié. Certes, 26.458 des appels reçus ont été enregistrés en dehors des horaires de travail du centre, alors que 39.441 appels autres ont été "abandonnés par les citoyens avant la prise en charge par les opérateurs du centre". Il n’empêche que 23.878 appels ont bel et bien été traités.

Ces appels concernent, selon le ministère, des infractions commises par des autocars (625) et par des bus, camions et taxis (309). Le reste est relatif à des demandes de renseignements ou des "appels hors-sujet".

Des sanctions

"Pour nous, c’est une chose très positive. C’est important, il y avait une demande pressante des citoyens", commente Najib Boulif, ministre chargé du Transport, joint ce jeudi par le HuffPost Maroc. "Ça nous a permis de sortir des PV en bonne et due forme", ajoute-t-il.

223 autocars ont été en effet interceptés et 170 infractions ont été enregistrées par les contrôleurs des transports et de la circulation routière relevant des différentes directions régionales du ministère. Selon ce dernier, les sanctions et les mesures nécessaires ont été prises à l’encontre des contrevenants.

"On va appliquer la loi en fonction de la nature de l’infraction commise", assure Boulif, selon qui les sanctions pourraient aller jusqu’au retrait définitif du permis de conduire.

Une "externalisation" de ce service

Les infractions enregistrées concernent le non-respect de la vitesse autorisée, le surnombre de voyageurs, le non fonctionnement du chronotachygraphe, l’usure des pneus, le défaut de présentation des documents de transport, de l’attestation d’assurance, de la carte du conducteur professionnel, de la carte grise et du permis de conduire.

Les citoyens sont ainsi appelés à "continuer à participer à cette action en appelant le numéro gratuit 4646". Pour pouvoir traiter un maximum de plaintes, le ministère veut "faire en sorte d’agrandir ce centre d’appels", a fait savoir Boulif. Une douzaine de personnes y travaillent aujourd’hui. "Des personnes de l’Administration qui ont été affectés" à cette tache selon le ministre qui n’exclut pas une "externalisation" de ce service à l’avenir.

LIRE AUSSI: