Huffpost Maroc mg

Pokémon Go: Mais c'est quoi ce jeux qu'on ne peut télécharger qu'avec des astuces

Publication: Mis à jour:
Imprimer

JEUX VIDÉO - C'est le phénomène de ce début d'été. Le jeu pour mobile Pokémon Go n'est pas encore sorti officiellement en France qu'il est l'objet de toutes les discussions sur les réseaux sociaux. Sorti la semaine dernière dans plusieurs pays comme les Etats-Unis, l'Australie ou la Nouvelle-Zélande, il est possible de le télécharger en avance et légalement en suivant quelques étapes simples (cliquez ici pour le faire). Victime de son succès, le lancement global (et donc européen) de Pokémon Go a été "mis en pause" à cause de problèmes de serveur.

Depuis le 6 juillet, date de sa sortie aux États-Unis, le jeu déchaîne les passions. Dès le lendemain, le jeu était déjà plus populaire que l'application de rencontres Tinder et quelques jours plus tard l'application était utilisée plus longtemps par ses utilisateurs que les réseaux sociaux comme Instagram, Snapchat et Messenger, selon une étude. Pokémon Go serait même sur le point de dépasser Twitter en termes d'utilisateurs actifs.

Mardi, l'action de Nintendo, l'inventeur du monde des Pokémon avait bondi de 59% en quatre jours.

Mais au juste, c'est quoi Pokémon Go?

Reprenons depuis le début. Pokémon Go est un jeu pour téléphone mobile gratuit déployé sur iPhone et Android qui permet au joueur de capturer des Pokémon, des "monstres de poche". Sorti en 1996, le premier jeu vidéo Pokémon, "Pokémon rouge" et "Pokémon bleu" vendu à plus de 30 millions d'exemplaires, a été décliné dans une multitude de supports: films, séries, mangas, cartes à jouer, jouets. Au total, The Pokémon Company affirme avoir écoulé plus de 280 millions de produits dérivés de sa marque dans le monde.

Véritable phénomène de société au Japon, il est rapidement arrivé jusqu'en France où il a marqué toute une génération chez qui la sortie du jeu Pokémon Go a provoqué un engouement incroyable en ce mois de juillet.

Dans ce jeu, le dernier en date de la saga donc, le joueur incarne un dresseur de Pokémon qui chasse, élève et fait combattre ses créatures pour en découdre avec d'autres dresseurs. Les Pokémon sont comme des animaux, vivant en harmonie avec les humains, classés en espèces et en catégories. Le plus connu d'entre eux est Pikachu. Et cette fois, c'est en réalité augmentée qu'il faut l'attraper.

Connecté à l'application, le personnage que vous jouez est situé dans l'espace réel grâce à la technologie de Google Maps dont le GPS suit vos pas et active des interactions sur l'écran. Le smartphone du joueur tremble: c'est le signe qu'il a croisé la route d'un Pokémon sauvage qu'il va pouvoir attraper grâce aux fameuses Pokéball, une balle virtuelle qu'il suffit de lancer sur la créature pour l'attraper, avec un minimum de dextérité.

Avec la réalité augmentée, qui superpose les éléments virtuels comme les Pokémon à notre environnement réel grâce à l'appareil photo du smartphone, le joueur s'y croirait. Grosse valeur ajoutée du jeu, cette réalité augmentée permet au joueur d'insérer une part de Pokémon dans sa vie de tous les jours. Vous pouvez par exemple capturer un Nosferalto qui se sera posé devant votre ordinateur au bureau ou un Ratata qui apparaîtra devant l'entrée de votre supermarché.

Le Pokémon maintenant apprivoisé, il est enregistré dans le Pokédex qui liste toutes les créatures que le joueur a capturées. Au fil de ses promenades à la recherche de nouveaux Pokémon à adopter, il peut s'arrêter au niveau des Pokéstop, des points d'intérêts implantés dans les quartiers qu'il faut activer pour récolter des objets dont l’utilisation permet d'augmenter son niveau.

Au-delà du niveau 5, le joueur peut se rendre dans les arènes disséminées un peu partout sur le carte et faire combattre ses Pokémon contre ceux d'autres joueurs pour prendre possession de nouveaux bonus et devenir le champion. Il pourra rejoindre une des trois équipes proposées lors de sa première entrée dans l'arène: l'équipe Intuition (jaune), l'équipe Sagesse (bleue) et l'équipe Bravoure (rouge). Et il pourra faire des rencontres dans la vraie vie...

Le monde est devenu une arène géante

Tout récent, ce phénomène peut être vérifié dans les rues où il n'est pas rare de croiser d'autres joueurs tenter de capturer les monstres de poche. Depuis la sortie du jeu, les faits divers insolites se partagent par dizaines sur les réseaux sociaux.

En Nouvelle-Zélande, deux aventurières n'ont pas hésité à louer un kayak pour rejoindre une arène située dans l'océan au large de Wellington. En Irak, un ex-soldat américain qui a rejoint les rangs d'une milice contre Daech en Irak a fièrement partagé une photo du "Carapuce" qu'il avait capturé près de Mossoul. Aux Etats-Unis, ce futur papa a attrapé un "Roucool" pendant l'accouchement de sa femme, et Central Park est devenu le quartier général des Dresseurs de Pokémon dans New York.

Très amusant, ce jeu a aussi donné lieu à des situations assez cocasses qui ont forcé les autorités à intervenir ou à communiquer pour calmer le phénomène. Aux Etats-Unis, le jeu vidéo a donné de mauvaises idées aux délinquants qui s'en sont servis pour cibler leurs victimes. Dans le Tennessee, la police a demandé aux conducteurs d'attendre d'être à l'arrêt pour jouer à leur jeu. "Pikachu peut attendre".

A Darwin dans le nord de l'Australie où le jeu est également disponible, la police a expliqué sur Facebook aux dresseurs de Pokémon qu'il n'était pas nécessaire de pénétrer dans le commissariat pour obtenir des Pokéball. Le lieu avait été désigné par les équipes de Pokémon comme un Pokéstop. Ce mardi, le ministère de la Justice de la région de la Nouvelle-Galles du Sud a demandé aux joueurs d'arrêter de rentrer dans l'enceinte du palais de justice pour chasser les Pokémon.

Autant de petites histoires qui donnent envie à toujours plus de personnes de rejoindre le mouvement. Une fois sorti en France, le jeu devrait contribuer à alimenter le buzz.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
20 des plus étranges Pokémon
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction