Huffpost Maroc mg

Mezouar en tournée en Afrique: Le Maroc place ses pions avant la tenue du sommet de l'Union africaine

Publication: Mis à jour:
MEZOUAR OUATTARA
Salaheddine Mezouar et Alassane Ouattara, samedi 2 juillet | AIP.CI
Imprimer

DIPLOMATIE - Dans le sillage des tournées africaines du roi Mohammed VI, c'est au tour du ministre des Affaires étrangères et de la coopération de partir en tournée continentale express. En une dizaine de jours, Salaheddine Mezouar a visité pas moins de huit pays, remettant aux chefs d'Etat rencontrés des messages royaux et des invitations à se rendre à Rabat. Une tournée très stratégique pour le royaume, alors même que doit se tenir, le 17 et 18 juillet à Kigali au Rwanda, le 27e sommet de l'Union africaine (UA), instance dont le Maroc ne fait plus partie depuis la reconnaissance, en 1984 par l'UA, de la RASD autoproclamée par le Polisario.

Le chef de la diplomatie a ainsi débuté sa tournée africaine par l'Afrique de l'Ouest, région traditionnellement proche du Maroc. Il s'est rendu au Sénégal le 1er juillet (date à laquelle devait venir, au Maroc, son homologue français Jean-Marc Ayrault, qui a du annuler sa visite). M. Mezouar a rencontré le président sénégalais Macky Sall. Le lendemain, il s'est envolé pour la Côte d'Ivoire où il s'est entretenu avec le président ivoirien Alassane Ouattara.

Une semaine plus tard, c'est au Cameroun que le ministre a posé ses valises où il a rencontré le président camerounais Paul Biya. Il a ensuite poursuivi sa tournée en Afrique de l'Est: en Ethiopie d'abord, puis en Egypte et en Libye (où il aurait évoqué la possibilité de rouvrir une ambassade marocaine à Tripoli), et enfin au Soudan où il a remis une invitation royale au président Omar El-Béchir, même si ce dernier est sous mandat d'arrêt international depuis 2009, notamment pour crimes de guerre, ce qui ne l'a pas empêché de visiter plusieurs pays.

Le ministre des Affaires étrangères s'est enfin rendu mardi 12 juillet à Tunis où il a rencontré, au Palais de Carthage, le président de la République Béji Caïd Essebsi, qui devrait se rendre prochainement au Maroc.

"Une diplomatie caractéristique des pays émergents"

Cette tournée africaine intervient 18 mois après celle effectuée en février 2015. Salaheddine Mezouar s'était rendu en Côte d'Ivoire, au Gabon, en Guinée et au Sénégal. Ces visites sont l'occasion, pour le chef de la diplomatie, de faire le point sur les accords de coopération avec les pays africains et de s'ouvri aux pays traditionnellement moins proches du Maroc, y compris les pays qui reconnaissent toujours la RASD.

"Cette visite s'inscrit dans le cadre de la coopération sud-sud, notamment avec l'Afrique, placée depuis quelques années en tête des priorités de la politique étrangère du Maroc par le roi", explique au HuffPost Maroc Ismaël Regragui, doctorant en sciences politiques, spécialiste des relations internationales et auteur d'un ouvrage sur la diplomatie marocaine.

"C'est une diplomatie caractéristique des pays émergents: le Maroc investit le créneau de la coopération sud-sud pour se poser en leader régional et continental, et être ainsi le pays africain de référence pour les grandes puissances occidentales en Afrique", ajoute le spécialiste. En renforçant sa présence aux quatre coins du continent, notamment sur le volet économique à travers la multiplication des investissements, le Maroc entend ainsi contrebalancer le poids d'autres Etats à l'économie prospère comme l'Afrique du sud.

"En diversifiant ses alliances, avec les pays africains mais aussi avec la Russie, le Maroc lance un défi à ses alliés traditionnels dont les grandes puissances comme les Etats-Unis", analyse M. Regragui. Cette stratégie est également une manière, pour le royaume, de "capitaliser" sur l'absence de centre traditionnel sur le continent depuis le "Printemps arabe" en jouant sur la stabilité politique dont jouit le royaume.

"Il cherche enfin à influer auprès des pays africains qui reconnaissent la 'RASD' et qui, aujourd'hui, changent petit à petit leur fusil d'épaule", ajoute le spécialiste, à l'instar de la Zambie qui a récemment retiré sa reconnaissance de la République autoproclamée par le Polisario.

LIRE AUSSI: Sahara: Le Maroc s'oppose à toute implication de l'Union africaine à l'ONU

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction