Huffpost Tunisie mg

Accord de Carthage: Pour Ghannouchi, Riahi et Marzouk, il faut vite changer le gouvernement

Publication: Mis à jour:
COLLAGE
collage
Imprimer

L'Accord de Carthage acté, la feuille de route du prochain gouvernement signée, quid de Habib Essid et de son gouvernement?

Selon toute vraisemblance, cela devrait s'accélérer dans les heures voire les jours à venir.

Pour le président de la République Béji Caid Essebsi, "Habib Essid est un homme intègre, travailleur et lui préfère passer par l'Assemblée des Représentants du Peuple pour montrer devant eux ce qu'il a fait -et nous n'en doutons pas de ce qu'il a fait. Cela est une disposition constitutionnelle" a t-il indiqué.

De son côté, interrogé par le HuffPost Tunisie Rached Ghannouchi pense déjà au prochain gouvernement, bien que préférant "que le gouvernement soit politique", celui-ci doit brasser large: "Les résultats des élections seront présents dans notre réflexion, mais ce sera un gouvernement avec une plus grande représentativité vis à vis des partis mais aussi des personnalités indépendantes" a t-il affirmé.

Concernant les rumeurs sur le fait que celui-ci ait demandé à Habib Essid de démissionner au cours d'un entretien ayant eu lieu hier, Rached Ghannouchi nie catégoriquement: "Je n'ai jamais demandé à Habib Essid de démissionner. Un changement de gouvernement et donc du chef du gouvernement va avoir lieu" comme le prévoit l'initiative de Béji Caid Essebsi.

Pour Mohsen Marzouk, ce nouveau gouvernement doit vite voir le jour. Cependant, celui-ci ne doit "pas être nécessairement partisan, mais il faut que ses membres soient compétents" a t-il affirmé au HuffPost Tunisie avant d'ajouter: "On ne veut plus de gens parachutés: Ce n'est pas parce qu'on a un lopin de terre qu'on devient ministre de l'Agriculture (...), ce n'est pas parce qu'on fait une bagarre un jour qu'on devient ministre de l'Intérieur. Il y a des profils qu'il faut cibler".

De son côté, le président de l'UPL, Slim Riahi, a appelé "à avancer au plus vite" maintenant que l'Accord de Carthage est signé. Selon lui, "il faut que le futur chef du gouvernement ai l'appui de tout le monde et que les membres de celui-ci avancent le plus vite possible".

"Le prochain gouvernement a une feuille de route claire avec des priorités à assurer. Ils doivent être capables de prendre des décisions" a t-il conclu.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.