Huffpost Maroc mg

Plus de 8.500 questions de parlementaires au gouvernement restées sans réponse

Publication: Mis à jour:
PARLEMENT MAROC
Plus de 8.500 questions de parlementaires au gouvernement restées sans réponse | DR
Imprimer

PARLEMENT - 8.536. Le chiffre donne le vertige, et pourtant, c'est le nombre de question écrites, adressées par les différents groupes parlementaires aux départements ministériels, et auxquels ceux-ci n'ont pas répondu. Une situation qui porte atteinte aux dispositions de la Constitution, et au rôle du parlement. La problématique a été abordée ce mardi 12 juillet à la Chambre des représentants.

Lors de la séance hebdomadaire de questions orales, un député de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) a révélé que "8.536 questions écrites adressées par les parlementaires n'ont toujours pas obtenu de réponse de la part du gouvernement".

À lui seul, "le groupe parlementaire de l'USFP totalise plus de 4.000 questions sans réponse", a ajouté le député. "Certaines questions ont été adressées au gouvernement depuis plusieurs années, déjà, mais n'ont toujours pas obtenu de réponse. Et vu que ce gouvernement va bientôt partir, qui répondra alors aux questions portant sur son mandat?", a demandé le député.

Délais non tenus

En réponse, le ministre chargé des relations avec le Parlement Abdelaziz El Omari a reconnu que "ce problème se pose, en effet, et nous faisons de notre mieux pour le solutionner". Selon le ministre, ce grand nombre de questions sans réponse est en partie dû à "la dynamique ascendante que l'on observe avec ce gouvernement. Le nombre de questions adressées par le parlement a considérablement augmenté, et dépasse les 26.000."

Toujours selon le ministre, "le gouvernement a répondu aux questions écrites des parlementaires de l'USFP à hauteur de 73%", et a expliqué que les raisons qui font que certaines questions restent sans réponse "relève de l'aspect local de ces questions. Nous nous devons donc de les transmettre, d'abord, aux responsables locaux pour qu'ils apportent des clarifications, avant de communiquer les réponses définitives aux députés."

Dans son article 100, la Constitution dispose qu'une fois questionné par le parlement, "le gouvernement doit donner sa réponse dans les vingt jours suivant la date à laquelle il a été saisi de la question". Des délais loin d'être tenus dans les faits.

LIRE AUSSI: