Huffpost Tunisie mg

Nidaa Tounes reprend des forces: 3 ex-députés d'Al Horra rejoignent le bloc parlementaire

Publication: Mis à jour:
NIDAA TOUNES
Facebook/nidaa tounes
Imprimer

Lors de l’inauguration de la séance plénière de ce matin, la seconde vice-présidente de l’Assemblée des représentants du peuple, Fouzia Ben Fodha, a annoncé que le bloc de Nidaa Tounes compte désormais soixante-trois sièges.

De leurs côtés, le bloc social-démocrate et le bloc d’Al Horra ont vu le nombre de leurs sièges régresser pour atteindre, respectivement, sept et vingt-cinq sièges.

En début du mois de mai dernier, et suite à des élections tenues lors des journées parlementaires du mouvement de Nidaa Tounes, Sofiene Toubel avait succédé à Mohamed Fadhel Ben Omrane à la présidence du bloc. A l’époque, quelques députés dissidents de Nidaa avaient commencé à exprimer la possibilité de leur retour au sein du bloc.

Pour Sofiene Toubel, la priorité était de rétablir les forces au niveau du Parlement et ce avant la fin du mois de juillet.

Aujourd’hui, et bien qu’il demeure le deuxième bloc de l’ARP – puisqu’il est toujours devancé par le bloc du mouvement d’Ennahdha qui compte soixante-neuf sièges – Nidaa Tounes est sur la voie envisagée.

Il y a quelques jours, le député et porte-parole du bureau de l’Assemblée des représentants du peuple, Mongi Harbaoui, avait annoncé les adhésions qui se sont officialisées aujourd’hui. Harbaoui avait même évoqué la possibilité du retour de Bochra Bel Hadj Hamida au sein du bloc.

LIRE AUSSI:

Toutefois, l'équilibre au sein de Nidaa Tounes et du paysage politique qui en dépend est précaire. En atteste l’incident de mai dernier lorsque le recrutement de trois députés dissidents du bloc de l’Union patriotique libre avait failli causer une sévère division au sein de la coalition des partis au pouvoir.

Le président de l’UPL, Slim Riahi, s’était retourné contre son principal allié, en l’occurrence Nidaa Tounes, et l’avait accusé de mener des affaires douteuses avec l’homme d’affaires controversé, Chafik Jarraya.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.