Huffpost Maroc mg

Une conférence pour la sécurité hydrique et la justice climatique

Publication: Mis à jour:
CONFRENCE EAU
Une conférence pour la sécurité hydrique et la justice climatique | DR
Imprimer

ENVIRONNEMENT - La Conférence internationale sur l’eau et le climat (CIEC) s’est ouverte ce lundi 11 juillet à Rabat, en présence du Chef du gouvernement et de la ministre déléguée chargée de l’eau Charafat Afailal. Placée sous le thème de la “sécurité hydrique pour une justice climatique“, la conférence a pour objectif de rappeler l’importance de la question l’eau dans la lutte contre le réchauffement climatique, et de la placer au cœur des négociations qui se tiendront durant la COP22

“La lutte contre le réchauffement climatique ne peut se faire que dans le cadre d’une action commune. Nous devons travailler ensemble pour que la ressource en eau soit préservée“ a plaidé la ministre lors du discours d'ouverture de la conférence.

“Agir pour préserver nos ressources, et plus particulièrement la ressource en eau, nécessite une approche théorique appropriée. Malheureusement, nous continuons à gaspiller ces ressources en pratique. Il faut donc adopter une nouvelle philosophie afin de protéger l’eau, car il s’agit d’une ressource épuisable“ a complété le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane.

Manque d'information sur les ressources hydriques

L’ouverture de la conférence a été suivie par le lancement des sessions, dont la première a été consacrée aux effets du dérèglement climatique sur l’eau et le rôle des systèmes d’information (SI) dans la gestion durable des ressources hydrologiques.

Lors de cette session, Abdallah Mokssit, le secrétaire général du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), a tiré la sonnette d’alarme sur la région méditerranéenne, qui risque de perdre près de 20 % de ses ressources en eau d’ici la fin de ce siècle.

“Afin d’élaborer des solutions efficaces, nous avons besoin de données très précises sur les rejets, les installations et les procédés de traitement. Les SI dépendent, en effet, beaucoup de ces informations. Nous souffrons malheureusement du manque d’informations dans certains domaines. Il faut y remédier afin que nos SI soient performants“, planche Jean-François Donzier, secrétaire technique permanent du Réseau international des organismes de bassin (RIOB).

Dans une interview récemment accordée au HuffPost Maroc, Charafat Afilal s’est insurgé contre la surexploitation des ressources hydriques au Maroc. La ministre chargée de l'Eau avait penché pour une “solution multidimensionnelle“ combinant des mesures techniques, financières, réglementaires et institutionnelles pour remédier au déficit en eau que pose la surexploitation des eaux souterraines

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Le drinkable book, un livre qui permet de boire pendant 4 ans
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction