Huffpost Maroc mg

Le CCM va rénover quatre salles de cinéma mythiques

Publication: Mis à jour:
CINMA
DR
Imprimer

CINÉMA – Le Centre cinématographique marocain (CCM) veut donner une nouvelle vie à quatre salles de cinéma du pays. Dans un communiqué publié la semaine dernière sur son site web, l’établissement chargé de la promotion, la distribution et la projection de films cinématographiques marocains, annonce avoir dédié une aide de 4,8 millions de dirhams à celles-ci. La décision a été adoptée à l’issue d’une réunion de sa commission "Réforme et numérisation", précise le centre.

Les salles concernées sont le Colisée à Marrakech (1,8 million de dirhams), l’Eden Club A et B à Casablanca (1,5 million de dirhams) et El Kifah à Rabat (1,46 million de dirhams). Le CCM n’a toutefois pas donné les détails concernant les travaux de rénovation.

En tous cas, "le phénomène de la fermeture des salles de cinéma est un problème qui préoccupe tout le monde. C'est un phénomène résultant de plusieurs facteurs, dont le recul de fréquentation des salles de cinéma, la piraterie, internet, la transformation de certaines salles en projets commerciaux générateurs de revenus", reconnaissait le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi en 2013.

Aujourd’hui, ce "phénomène" est encore plus inquiétant. Selon Aujourd’hui le Maroc, le nombre des salles de cinéma au Maroc est "passé de près de 300 à 35 en trois décennies", Casablanca et Rabat étant les villes les plus touchées par les fermetures.

Cette annonce intervient par ailleurs au moment où le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a appelé, dans son dernier rapport sur l’économie de la culture, à "mettre la culture au cœur d'une nouvelle politique publique et assurer l’accès du plus grand nombre à la culture en tant que droit".

Au Maroc, si le budget alloué à la culture est passé de 233,6 millions de dirhams en 2001 à 627 millions de dirhams en 2015, il représente toujours moins de 0,5% du budget général. Pourtant, il est de fait que la culture rapporte et crée de la richesse. En France, l'industrie culturelle, qui représente 3,2% du PIB, rapporte par exemple sept fois plus que l'industrie automobile.

LIRE AUSSI: