Huffpost Maroc mg

La fuite d'une enquête de la police allemande révèle de nouveaux chiffres sur les agressions de Cologne

Publication: Mis à jour:
AGRESSIONS COLOGNE
La fuite d'une enquête de la police allemande révèle de nouveaux chiffres sur les agressions de Cologne | DR
Imprimer

COLOGNE- Les chiffres permettent de saisir l’ampleur des agressions commises lors du nouvel an 2016 dans plusieurs villes allemandes. Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung a fait fuiter, dimanche dernier, un rapport de la police fédérale allemande. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il apporte son lot de révélations sur les agressions sexuelles qui ont indigné l'opinion publique en Allemagne.

1.200 victimes, 2.000 agresseurs et 120 suspects identifiés...

Selon ce rapport, 1.200 femmes auraient été victimes d’agressions sexuelles durant la nuit de la Saint Sylvestre. Dans le détail, 650 femmes ont été sexuellement agressées à Cologne et 400 à Hambourg, par plus de 2.000 hommes qui ont, pour certains, plusieurs fois abusé de certaines de leurs victimes.

Le plus inquiétant dans les chiffres du rapport policier, c’est le nombre de suspects identifiés en proportion du nombre d’agresseurs présumés. Selon le document, sur les 2.000 auteurs présumés des agressions, seuls 120 suspects ont été identifiés. Et la plupart sont d’origine marocaine et algérienne.

... et seulement 2 condamnés

Pire encore au rythme où va l’enquête, seuls 2 suspects, un Marocain et un Algérien, ont été condamnés à des peines fermes de prison. Un autre Algérien et un Irakien ont quant à eux écopé, chacun, d’un an de prison avec sursis.
`
Un rapport qui risque d'accentuer la stigmatisation des migrants

“Les enquêtes ne sont pas encore conclues, mais nous retenons que beaucoup de ces délits ne pourront pas être examinés“ explique le chef de la Police Fédérale, Holger Muench, au Süddeutsche Zeitung.

Désormais, c’est le parallèle entre migration et criminalité que la police tente d’établir. “Le récent flux de réfugiés a eu des conséquences, avec les crimes du Nouvel An“, a ajouté le chef de la police fédérale allemande.

Le rapport risque d’exacerber la stigmatisation des migrants, pointés du doigt dans ces agressions. Pour replacer l’affaire dans son contexte, il faut remonter au lendemain du réveillon du Nouvel An. Le soir du réveillon du 31 décembre 2015, sur le parvis de la cathédrale de Cologne mais aussi dans d’autres villes, des jeunes hommes, pour la plupart migrants, ont pris d’assaut des femmes qui assistaient aux célébrations du passage à la nouvelle année. Le lendemain, plusieurs femmes ont rapporté avoir été victimes d’agressions, de rackets et même de viols par des jeunes, d'origine nord-africaine selon elles.

Les agressions rapportées avaient déclenché un tollé en Allemagne, qui accueillait cette année même 1,1 million de migrants. Les premières enquêtes policières avaient conclu que la plupart des suspects étaient d’origine maghrébine.

Acculée par l’opinion publique et les partis populistes, la chancelière allemande Angela Merkel s’était résolue à prendre des mesures fermes. Une mesures phare consiste pour le gouvernement allemand à placer le Maroc, la Tunisie et l’Algérie sur la “liste des pays sûrs“. Ce placement aurait pour effet de permettre l'expulsion des migrants en situation irrégulière vers leur pays d’origine. Seulement, si la mesure a été approuvée Parlement allemand, le Bundestag, elle se heurte à une opposition de la Bundesrat (Conseil fédéral). La décision ne peut entrer en vigueur avant son approbation par la Bundesrat.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Heurts entre manifestants d'extrême droite et policiers à Cologne
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction