Huffpost Maroc mg

Wafâa Charaf libre après deux ans passés en prison

Publication: Mis à jour:
WAFAA CHARAF
DR
Imprimer

LIBERTÉ- Enfin libre. L’activiste marocaine et membre du mouvement du 20 février a été libérée dimanche 10 juillet de la prison de Larache où elle a purgé une peine de deux ans de prison pour “allégations mensongères de torture“, rapporte le site d’information Yabiladi

L’activiste d’extrême-gauche a été accueillie à sa sortie du centre de détention de Larache par des dizaines de militants des droits de l’Homme de sa formation politique, Annajh Addimocrati et par des membres de l'Association marocaine des droits humains (AMDH).

Le 12 août 2014, le tribunal de première instance de Tanger a condamné Wafâa Charaf à un an de prison et à 50.000 dirhams d’amende pour “allégations mensongères de torture“. La jeune femme avait interjeté appel mais a vu sa peine être portée à deux ans de prison.

Les faits qui ont valu à l’activiste marocaine son séjour en prison remontent au 27 avril 2014. Présidente de l’AMDH section Tanger et militante du mouvement du 20 février, Wafâa Charaf a apporté son soutien ce jour-là, à des ouvriers de la multinationale d’emballage industriel Greif qui protestaient pour licenciement abusif.

Selon son propre récit, Wafâa Charaf avoir été suivie après avoir quitté la manifestation avant d’être embarquée par des policiers en civil qui l’auraient brutalisée, questionnée sur ses activités avant de l’abandonner couverte de blessures au bord d’une route à Tanger.

L’activiste avait ensuite porté plainte contre X et avait relayé ces accusations sur les réseaux sociaux. Elle été interpellée le 9 juillet 2014 après que les investigations ont conclu à l’absence de preuves suffisantes confirmant sa version des faits.

L’affaire Wafâa Charaf avait suscité une levée de boucliers de la part de la société civile et des ONG dont Amnesty International qui avait qualifié la jeune activiste de “prisonnière d’opinion“.

Son cas avait été mentionné dans les rapports de plusieurs ONG, dans certaines questions orales au parlement mais aussi dans le récent rapport annuel du département d’Etat américain sur l’état des droits de l’Homme dans le monde

LIRE AUSSI: